Gazoduc Maroc-Nigeria: quel est l’état d’avancement du projet?

GAZODUC MAROC-NIGERIA: QUEL EST L’ÉTAT D’AVANCEMENT DU PROJET?

Amina Benkhadra, directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM), s’est récemment prononcée sur l’état d’avancement du projet gazoduc Maroc – Nigeria, affirmant que les études avancent dans de «très bonnes conditions.»




À l’heure où l’Europe tourne son regard vers l’Afrique pour se libérer de sa dépendance au gaz russe, le projet gazoduc Maroc – Nigeria se révèle comme l’une des alternatives à son approvisionnement.

Un appel au financement européen a été récemment lancé par le président nigérian Muhammadu Buhari. Mais où en est-on précisément dans le projet ? S’exprimant vendredi, lors d’une table-ronde sur le projet de ce gazoduc, dans le cadre de la 33ᵉ session extraordinaire du Crans Montana Forum Africa, Amina Benkhadra a livré des détails sur le niveau d’avancement du pipeline.

L’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc et la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) travaillent en « synergie totale », a-t-elle assuré, mettant l’accent sur les étapes franchies par le projet depuis son lancement.

« L’étude de faisabilité a été achevée en 2018 et nous avons décidé de passer à l’étude FEED (Front-End Engineering design) principale en deux étapes : La pré-FEED et la main FEED.




La Pré-FEED a été achevée en 2019 et elle a permis d’assurer les grands éléments de la rentabilité du projet, et nous sommes depuis le mois de mai 2021 sur l’étude d’ingénierie détaillée, qui permet de préparer tous les dossiers et tous les aspects techniques, mais aussi managériaux, financiers, légaux et commerciaux pour aller à la décision finale d’investissement », a-t-elle détaillé.

« L’étude suit son cours dans de très bonnes conditions et nous espérons être au rendez-vous de ce projet hautement stratégique et très important pour l’intégration économique et sociale de notre continent », a souligné la directrice générale de l’ONHYM.

« Projet intégrateur, ce méga projet est de nature à être soutenu par les institutions financières et les parties prenantes, multilatérales et bilatérales », a-t-elle conclu.