L’Europe et le Maroc alliés contre les réseaux de trafic de personnes

MIGRATION : LA COMMISSION EUROPÉENNE ET LE MAROC ALLIÉS CONTRE LES RÉSEAUX DE TRAFIC DE PERSONNES

La Commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Ylva Johansson, le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska et son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, se sont rencontrés à Rabat dans le cadre du dialogue politique régulier entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne.




L’occasion a été de lancer un nouveau partenariat opérationnel en matière de lutte contre le trafic de personnes, qui couvre «le soutien à la gestion des frontières, le renforcement de la coopération policière, y compris les enquêtes conjointes, la sensibilisation aux dangers de la migration irrégulière, ainsi que le renforcement de la coopération avec les agences de l’Union européenne chargées des affaires intérieures», a indiqué un communiqué du ministère marocain de l’Intérieur.

«Dans le cadre du nouveau pacte sur la migration et l’asile, la Commission met en place des partenariats en matière de migration avec les pays d’origine, de transit et de destination», a indiqué la même source.

Cette approche devrait «lutter contre les réseaux de trafic de personnes, mais aussi s’attaquer aux causes profondes de la migration et améliorer les possibilités de migration légale, de sorte que les personnes ne ressentent pas le besoin de risquer leur vie lors de voyages dangereux».




Réunies à Rabat, les différences parties en mis en exergue «les résultats probants de leur coopération basée sur la responsabilité partagée dans le domaine migratoire», mais ils ont aussi «convenu de rénover leur partenariat pour faire face, ensemble, aux réseaux de trafic des personnes, notamment suite à l’émergence de nouveaux modes opératoires extrêmement violents adoptés par ces réseaux criminels».

Dans ce sens, les ministres et la responsable européenne «dénoncent les actions de ces réseaux de leurs complices et de tous ceux qui les aident», a ajouté le communiqué de presse.

Aussi, la commissaire et les ministres ont déploré «tous les décès des personnes qui essayent d’émigrer irrégulièrement, y inclus ceux qui ont eu lieu lors des derniers évènements douloureux du 24 juin».

«Ils regrettent également les blessés, y compris parmi les forces de l’ordre marocaines et espagnoles», a indiqué la même source. Ces évènements, selon le ministère, «démontrent l’extrême dangerosité et violence des réseaux de trafic de personnes qui sont prêts à tous les risques».




Dans ce sens, «des enquêtes se poursuivent afin d’élucider les aspects en relation avec ces événements».

Dans le même contexte, la Commissaire européenne et les deux ministres «se sont félicités de la mission d’information effectuée par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH)» en vue d’«établir les faits», le respect des droits fondamentaux «étant une valeur partagée par le Maroc et l’Union européenne», a ajouté la même source.

Celui-ci rappelle que le royaume est une «un partenaire stratégique et engagé» de l’Union européenne.

«La Stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA) constitue aujourd’hui un modèle de gestion migratoire des plus avancés, tant sur le plan législatif qu’institutionnel, ayant permis de régulariser la situation administrative de plusieurs milliers de migrants et de les intégrer dans la société marocaine», souligne le département.