Migration: Grande-Marlaska réaffirme l’engagement de l’Espagne aux côtés du Maroc

MIGRATION : LE MINISTRE ESPAGNOL DE L’INTÉRIEUR RÉAFFIRME L’ENGAGEMENT DE L’ESPAGNE AUX CÔTÉS DU MAROC

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a réaffirmé l’engagement de son pays à poursuivre la collaboration avec le Maroc dans la gestion migratoire et la lutte contre les mafias de traite des êtres humains.




«Je réitère une fois de plus l’engagement de l’Espagne à continuer à collaborer avec les pays d’origine et de transit, en particulier avec le Maroc, qui fait un travail important et doit être reconnu comme tel», a souligné Fernando Grande-Marlaska dans une déclaration.

Se félicitant «des accords conclus lors de la réunion de Rabat», le ministre espagnol de l’Intérieur a indiqué que cet engagement «montre que nous continuons à travailler ensemble» pour faire face aux défis liés à l’immigration irrégulière.

Suite à l’assaut «violent» du 24 juin, «nous sommes plus déterminés à approfondir la gestion de la migration irrégulière et à traiter de manière ferme les organisations criminelles qui utilisent la violence et les migrants pour atteindre leurs objectifs illicites», a insisté le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska.

«Nous continuerons à travailler en profondeur pour mettre en place les moyens nécessaires et précises pour sauver les vies qui sont mises en danger par les mafias criminelles.




Et nous poursuivrons sur la voie de la coopération entre le Maroc et l’Union européenne, afin de traiter de manière ferme l’immigration irrégulière», a poursuivi le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska.

La Commission européenne et le Maroc ont lancé, à Rabat, un partenariat rénové en matière de migration et de lutte contre les réseaux de trafic de personnes, notamment suite à l’émergence de nouveaux modes opératoires extrêmement violents adoptés par ces réseaux criminels.

Le nouveau partenariat opérationnel en matière de lutte contre le trafic de personnes entre la Rabat et Bruxelles pourra couvrir notamment le soutien à la gestion des frontières, le renforcement de la coopération policière, y compris les enquêtes conjointes, la sensibilisation aux dangers de la migration irrégulière, ainsi que le renforcement de la coopération avec les agences de l’Union européenne chargées des affaires intérieures.