Le Maroc fait un don de 15 0000 tonnes d’engrais au Rwanda

LE MAROC FAIT UN DON DE 15 0000 TONNES D’ENGRAIS AU RWANDA

Le Maroc à travers le groupe marocain OCP (premier exportateur de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés dans le monde) a fait un important don d’engrais DAP au Rwanda, pour l’aider à augmenter sa productivité agricole en cette période où les coûts d’engrais sont élevés.




15 000 tonnes de phosphate de diammonium (DAP).

C’est le don que le groupe marocain OCP (premier exportateur de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés dans le monde) a fait au Rwanda.

« Cette contribution est importante surtout en cette période où les coûts des engrais sont élevés, principalement en raison de deux facteurs ; la guerre entre la Russie et l’Ukraine et la hausse des coûts de transport liée à la pandémie de Covid-19 », a déclaré à The New Times, Gerardine Mukeshimana, ministre rwandaise de l’Agriculture et des ressources animales lors d’une visite de chantier de construction de l’usine de mélange d’engrais dans le district de Bugesera.

La responsable a expliqué qu’une partie du don (10 000 tonnes) sera utilisée comme réserve stratégique d’engrais.




« Cela signifie que nous avons un stock d’engrais et chaque fois qu’il y a un besoin, nous pouvons être en mesure de l’injecter dans la communauté agricole », a dit la ministre rwandaise de l’Agriculture et des ressources animales.

La seconde partie (5000 tonnes) servira de stock de départ gratuit de l’usine de fabrication de mélange d’engrais pour soutenir le lancement de sa production d’engrais adaptés.

Le Groupe OCP s’est par ailleurs engagé à fournir au Rwanda 17 000 tonnes d’engrais DAP supplémentaires à un prix réduit. « Nous pensons que les petits exploitants agricoles font partie intégrante du secteur agricole au Rwanda.

Avec les répercussions de la guerre d’Ukraine sur les prix des engrais et les effets de la sécheresse en Afrique de l’Est, la situation risque d’être insupportable pour les petits agriculteurs et désastreuse pour la sécurité alimentaire », a déclaré Mohamed Anouar Jamali, PDG d’OCP Africa.