(Vidéo) Quand le président de la CAF rejette la pseudo RASD… en Algérie

(VIDÉO) QUAND LE PRÉSIDENT DE LA CAF REJETTE LA PSEUDO RASD… EN ALGÉRIE

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, a enfin visité l’Algérie. Après l’Éthiopie, le Soudan du Sud, l’Ouganda et les Seychelles, le Sud-africain s’est rendu au pays qui doit accueillir le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2023.




La visite du président de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe, annoncée pour samedi 16 juillet, a été retardée d’une journée. Arrivé dimanche à l’aéroport Houari-Boumediene (Alger), Patrice Motsepe devait rester deux jours en Algérie, selon une dépêche de l’agence Algérie Presse Service (APS).

Seulement, le patron de la CAF n’y a passé qu’une journée au cours de laquelle il a visité les stades de Baraki et de Douera, le centre technique national (CTN) de Sidi Moussa et rencontré le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

À l’issue de l’audience, le président de la CAF a remercié Tebboune pour «le soutien au football en Algérie», mais pas seulement. Les médias algériens n’ont bien évidemment retenu que les louanges de Motsepe envers leur président en zappant une phrase saillante.

«Je voudrais juste souligner que mon devoir en tant que président de la CAF est envers chacune des 54 nations en Afrique».




C’est ce qu’a affirmé le président de la Confédération africaine de football. Une gifle monumentale à l’Algérie qui passe son temps à compter 55 pays dans le continent africain, en incluant son rejeton illégitime, le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario ».

La phrase de Motsepe est d’autant plus douloureuse qu’elle a été énoncée au siège de la présidence de la république, provoquant chez le nouveau président de la fédération algérienne Djahid Zefizef une réaction nerveuse qui s’est manifestée par un frottement du nez.

Une déclaration fracassante qui vient rappeler à la junte au pouvoir que l’instance dirigeante du football africain ne reconnait pas la république fantomatique de la RASD comme étant un État.

Le souhait des séparatistes du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » et les tentatives de leur sponsor algérien de tirer une reconnaissance du Sud-africain ont donc été vains.