Sebta se meurt sans Marocains

SEBTA SE MEURT SANS MAROCAINS

Deux mois après la réouverture de la frontière de Sebta avec le Maroc, le trafic de marchandises n’a toujours pas repris. Les entreprises locales demandent aux autorités de prendre les dispositions pour trouver une solution à ce problème qui bloque la relance économique de la ville autonome.




La réouverture de la frontière ne profite pas encore à Sebta.

En cause, la non-reprise du trafic de marchandises avec le Maroc dont les autorités ont formellement interdit l’entrée de tous produits en provenance de la ville autonome.

Les entrepreneurs locaux attendaient avec impatience cette réouverture de la frontière qui devait booster le commerce local et le développement économique de la ville grâce au retour des touristes marocains.

Cette mesure des autorités marocaines interdisant le trafic de marchandises porte préjudice aussi bien aux habitants de Sebta qu’aux touristes marocains qui éprouvent de sérieuses difficultés à faire passer leurs marchandises.




Notamment des vêtements et des chaussures…

C’est ce que fait savoir le journal local Ceuta Actualidad, rappelant que l’Espagne a publié la liste des produits et les quantités pouvant arriver du Maroc à Sebta.

Depuis la réouverture de la frontière, seuls les citoyens détenant un visa Schengen ou une carte d’identité d’étranger (TIE), ainsi que les travailleurs frontaliers en règle, sont autorisés à traverser le poste frontière Tarajal.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué vendredi dans un arrêté publié dans le Journal officiel (BOE) que ces limitations seront maintenues jusqu’à la fin de l’Opération Marhaba le 15 septembre.