L’Algérie punit-elle Cheb Khaled ?

L’ALGÉRIE PUNIT-ELLE CHEB KHALED ?

Cheb Khaled, roi de la musique raï et icône mondiale depuis plus de 40 ans, serait visé par une campagne de boycott dans son pays d’origine, l’Algérie. Est-ce une punition pour le chanteur connu pour ses positions en faveur du Maroc dont il a acquis la nationalité il y a bien des années ?




Cheb Khaled est absent à de nombreux événements comme les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Méditerranéens 2022 organisés à Oran, en Algérie.

La dernière absence en date est liée à la cérémonie d’ouverture des Jeux Méditerranéens.

Selon des sources médiatiques arabes, le comité d’organisation avait reçu pour instruction de ne pas impliquer l’artiste dans cet événement sportif, rapporte Algérie Focus.

Des instructions qu’il a respectées à la lettre. Ainsi, les organisateurs ont invité Cheb Mami − considéré comme le concurrent le plus en vue de Cheb Khaled pour le titre du roi de raï – à la cérémonie de clôture des Jeux Méditerranéens.

Depuis quelques années, bon nombre d’Algériens en veulent à Cheb Khaled, natif d’Oran marié à une Marocaine en raison de son rapprochement avec les dirigeants du Maroc, notamment le roi Mohammed VI.




Cheb Khaled possède d’ailleurs la nationalité marocaine.

En 2019, il avait essuyé des critiques de la part de des Algériens à cause de la chanson qu’il avait composée pour l’équipe nationale marocaine, dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN Égypte).

Il avait été également critiqué pour l’apparition du drapeau marocain dans le clip vidéo du nouveau single-hommage intitulé « Ismouha Beyrouth » (« Elle s’appelle Beyrouth ») en solidarité et soutien au peuple libanais suite à la double explosion meurtrière survenue le 4 août 2020 à Beyrouth.