Portrait de la Marocaine Naïma Moutchou, élue vice-présidente du Parlement français

PORTRAIT DE LA MAROCAINE NAÏMA MOUTCHOU, ÉLUE VICE-PRÉSIDENTE DU PARLEMENT FRANÇAIS

À 41 ans, la Franco-marocaine Naïma Moutchou a été élue le mercredi 29 juin 2022 dernier, vice-présidente de l’Assemblée nationale. Un couronnement pour cette femme qui a bâti sa carrière dans l’ombre et sans bruit, mais dont l’efficacité fait d’elle une femme politique faisant partie de «la garde rapprochée de l’ancien Premier ministre».




Devenir à cet âge et avec le parcours politique qu’est le sien, vice-présidente d’une si grande institution est quelque chose d’inédit pour cette fille d’immigrés.

Son père, Lahcen Moutchou, a quitté le Maroc en 1955, pour travailler dans les mines du nord de la France par amour pour ses enfants. Naïma Moutchou évoque le souvenir d’un homme dont la vie reste pour elle, un exemple de lutte acharnée, de sacrifices et d’abnégation.

« C’est une de ces personnalités qui ne cherchaient jamais à plaire, le même en toutes circonstances. Puissamment secret, le regard un peu dur et la silhouette invariable dans un costume trois-pièces porté en permanence (même l’été), il impressionnait », écrit-elle dans la rubrique « Visages » de la revue Horizons.

Après l’obtention de son diplôme de juriste-conseil d’entreprise, elle intègre en 2010 le cabinet de Christian Charrière-Bournazel, ex-bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Paris.




Ce fut des années de collaboration appréciées par ce très grand avocat, qui s’est laissé aller à des compliments en apprenant l’intention de cette dernière de se lancer dans une carrière politique.

Il a mentionné une avocate « extrêmement harmonieuse, toujours d’un très grand calme, même dans les moments difficiles », douée d’un esprit « très clair et du sens du service ». Sous les couleurs de La République en marche (LREM), elle remporte le scrutin avec 59,37 % des voix face au candidat des Républicains, Claude Bodin, rapporte Le Point.

Comme si c’était hier, Naïma Moutchou se rappelle de ses premières impressions, lorsqu’elle entre pour la première fois au Palais. « J’étais évidemment très émue d’avoir l’opportunité de rendre à la France ce qu’elle m’avait donné, mais je dois reconnaître que j’ai mis un peu de temps à me faire à cette idée », confie-t-elle.

Elle essayait encore de se faire à l’idée de servir de l’une de plus belles manières la France, lorsqu’elle fait la rencontre de l’homme qui deviendra son mentor, l’un de ses maîtres à penser : Édouard Philippe.




« En temps de crise, Édouard devait tenir la barre du navire et s’assurer que les députés s’accrochent au mât. Les tempêtes qu’Édouard et Naïma ont traversées les ont assurément rapprochés, avance un conseiller de l’ex-Premier ministre.

Mais très tôt, ils se sont découvert des points communs, des goûts similaires en matière de lecture, de références culturelles. Naïma Moutchou a eu le temps d’apprendre aux côtés d’Édouard Philippe.

En 2021, la jeune femme décide de s’engager plus sérieusement. Elle sera chargée de diriger, avec le maire de Melun, Louis Vogel, le pôle Idées du mouvement. « Quel rôle plus central que de diriger un tel pôle quand les idées constituent l’ADN de Horizons ? Cela démontre, s’il en était besoin, qu’Édouard croit beaucoup en elle », décrypte un cadre du parti.

En juin 2022, Édouard Philippe propulse sans aucune contrainte et avec la bénédiction des trente élus du parti, sa candidature à la vice-présidence de l’Assemblée, indique Le Point.




« C’était le choix naturel. Nous avions besoin d’une élue travailleuse, déterminée et offensive et Naïma réunit ces trois qualités », résume le président du groupe, Laurent Marcangeli.

« Naïma Moutchou réunit une autre qualité extrêmement précieuse dans ce contexte d’instabilité : elle est très consensuelle. Elle représente un véritable atout pour l’institution », abonde Agnès Firmin-Le Bodo, porte-parole de Horizons.

Tous ceux qui ont côtoyé Naïma Moutchou, s’accordent à dire qu’elle a toutes les qualités indiquées. « Elle ne lâche jamais l’affaire et ne se laisse pas démonter. Elle est amenée à jouer un rôle très important. Toutes les portes lui sont ouvertes », estime un ami de longue date.

Lequel se prend à rêver qu’après s’être frottée au pouvoir judiciaire et législatif, Naïma ait l’opportunité de découvrir, en 2027, le troisième pouvoir… sait-on jamais.