L’espagnol est de moins en moins parlé au Maroc

L’ESPAGNOL EST DE MOINS EN MOINS PARLÉ AU MAROC

L’espagnol est de plus en plus parlé dans des pays comme les États-Unis et la Guinée équatoriale, mais de moins en moins au Maroc et aux Philippines.




« Nous ne sommes pas conscients du pouvoir que l’espagnol a dans le monde », a déclaré David Fernandez, professeur titulaire au Département de philologie moderne de l’Université d’Alcalá à Madrid et auteur de « Las afueras del español » (Editorial Peter Lang), dans un entretien à l’agence de presse espagnole EFE.

Il a précisé que les États-Unis pourraient devenir d’ici 2060 le pays au monde comptant le plus de locuteurs espagnols qui seraient estimés à environ 128 millions.

Les « Américains hispaniques » représentent une communauté assez forte aux États-Unis, explique l’expert qui ajoute que l’espagnol est très parlé dans des « États comme le Texas et la Floride ».

Le défi reste que les petits-enfants de ces derniers continuent de parler cette langue et de se considérer hispaniques.




D’où la nécessité d’enseigner l’espagnol pour gagner de nouveaux locuteurs.

La plupart de ceux qui étudient une autre langue aux États-Unis, de l’école primaire à l’université, optent pour l’espagnol, ce qui montre déjà l’importance de la langue aux États-Unis, mais aussi en Guinée équatoriale, ancienne colonie espagnole et seul pays en Afrique où l’espagnol est la langue officielle.

En revanche, l’espagnol est « en recul » au Maroc, révèle David Fernandez, indiquant que seulement 1% de la population du Royaume du Maroc parle cette langue.

Selon les données de l’Institut Cervantes, l’espagnol ou le castillan est la langue officielle d’une vingtaine de pays d’Amérique latine, de l’Espagne et de la Guinée équatoriale.

Elle est parlée par quelque 591 millions de personnes, soit 7,5% de la population mondiale.