États-Unis: révélations sur les agissements de Mosaic contre le groupe marocain OCP

ÉTATS-UNIS: RÉVÉLATIONS SUR LES AGISSEMENTS DE MOSAIC CONTRE LE GROUPE MAROCAIN OCP

Des révélations ont été faites sur comment le groupe d’engrais américain Mosaic a réussi à exclure le groupe marocain OCP du marché américain des engrais sous l’administration Donald Trump. Le groupe OCP, fondé le 7 août 1920 au Maroc et transformé en 2008 en une société anonyme, est le premier exportateur de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés dans le monde.




American Oversight, un organisme de surveillance des politiques publiques américaines à but non lucratif, a obtenu des courriels via une demande à travers la procédure du Freedom of Information Act (FOI), lesquels révèlent comment Mosaic a manipulé les décideurs à Washington pour surtaxer les engrais marocains, écarter son grand concurrent, le groupe OCP, et profiter d’une situation de monopole.

Il a pris le contrôle de 90% du marché américain des engrais phosphatés.

Des manœuvres qui ont été orchestrées avec les services de Ballard Partners, l’un des principaux collecteurs de fonds de la campagne de Donald Trump sous l’administration de celui-ci.

Des services qui ont coûté 1,49 million de dollars à Mosaic, fait savoir le site d’investigation The Intercept.




Des réunions de haut niveau ont été ainsi organisées avec des responsables du commerce de la Maison-Blanche.

Le lobbying de Mosaic avait avancé que l’OCP reçoit des subventions de l’État, ce qui lui donnait un avantage indu sur les autres concurrents.

Lors d’un voyage à Washington, les dirigeants de Mosaic ont fait valoir que les engrais phosphatés produits au Maroc représentaient une « menace concurrentielle pour leur entreprise.

Or, le Maroc contrôle, à lui-seul, près de 75% des réserves mondiales de phosphate.

Dans un e-mail adressé à un conseiller du représentant américain au commerce le 5 juin 2017, Syl Lukis, un lobbyiste de Ballard Partners demandait à rencontrer le principal négociateur commercial de l’administration Trump, Robert Lighthizer.




Il a également écrit dans un e-mail que le PDG de Mosaic et le vice-président principal de la production de phosphate avaient déjà prévu une réunion avec Peter Navarro, le directeur du Conseil national du commerce.

« Il y a des questions de commerce international dont ils aimeraient discuter concernant la production marocaine de phosphate », a écrit Syl Lukis.

En l’espace de trois ans, le lobbying de Mosaic est venu à bout de ses plans.

En 2020, l’administration Trump recommande des tarifs sur les engrais phosphatés du Maroc.

Le 12 mars 2021, la Commission américaine du commerce international (ITC) a imposé des droits sur les importations d’engrais du groupe OCP.

Mosaic a réussi à écarter le géant marocain.

Un « succès » qui n’est pas sans conséquence pour les agriculteurs américains.

Ces derniers se sont retrouvés confrontés « à une grave pénurie d’approvisionnement en engrais ».