Palestine: Israël envisage « une semaine » de raids sur Gaza

PALESTINE : RETOUR DE VIOLENCES INÉDITES, ISRAËL ENVISAGE « UNE SEMAINE » DE RAIDS SUR GAZA

L’armée israélienne annonce samedi se préparer à « une semaine » de raids sur la bande de Gaza, où les échanges de tirs avec le Jihad islamique palestinien ont déjà fait une dizaine de morts côté palestinien.




En effet, quinze Palestiniens ont été tués et 55 autres blessés dans des raids israéliens, vendredi, sur la bande de Gaza, selon le ministère palestinien de la Santé.

L’agence de presse palestinienne Wafa rapporte que des avions israéliens ont mené des raids contre la bande de Gaza, tandis que l’artillerie a lancé des obus contre des terres agricoles et des positions dans différentes régions de la bande.

De son côté, l’armée israélienne a affirmé que 15 personnes ont été tués dans ces raids aériens, précisant que l’opération visait le mouvement du Jihad islamique.

L’agence de presse palestinienne Wafa indique que les raids israéliens se poursuivent toujours sur la bande, où des avions de reconnaissance et de combats continuent de survoler la zone.

La présidence palestinienne a condamné « l’agression israélienne contre Gaza ».




La présidence palestinienne a exigé l’arrêt immédiat de « l’agression israélienne contre Gaza », tout en tenant « l’occupation pour responsable de la dangereuse escalade ».

La présidence palestinienne a également appelé la communauté internationale à contraindre Israël à mettre fin à l’agression contre le peuple palestinien partout, en particulier à Gaza, et à lui fournir une protection internationale.

De son côté, le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a dénoncé et condamné « l’agression israélienne contre la bande de Gaza », portant à l’occupation israélienne l’entière responsabilité de cette dangereuse escalade.

« Nous exigeons de la communauté internationale qu’elle assure la protection de notre peuple et l’arrêt immédiat de l’agression israélienne contre la bande de Gaza », a-t-il souligné dans un communiqué.




La Ligue arabe a condamné « la féroce agression israélienne », tandis que la Jordanie voisine d’Israël et de la Cisjordanie a « souligné l’importance de mettre fin » à cette « agression ».

En 2019, la mort d’un commandant du Jihad islamique dans une opération israélienne avait donné lieu à plusieurs jours d’échanges de tirs meurtriers entre ce groupe et Israël.

L’État hébreu impose depuis 2007 un strict blocus à Gaza, minée par la pauvreté et le chômage.

Depuis mardi, il a en plus fermé tous ses passages frontaliers, contraignant les milliers de Gazaouis titulaires de permis de travail en Israël à rester chez eux.

Et empêchant également une cinquantaine de personnes quittant normalement quotidiennement l’enclave pour des soins, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).