Espagne: en 7 mois, l’Algérie a perdu 42% de ses parts de marché de gaz

ESPAGNE: EN 7 MOIS, L’ALGÉRIE A PERDU 42% DE SES PARTS DE MARCHÉ DE GAZ

Après la décision du président algérien Abdelmadjid Tebboune de fermer le gazoduc Maghreb-Europe, passant par le Maroc, l’Algérie n’a cessé de perdre des parts importantes dans le marché du gaz en Espagne.




En témoignent les dernières statistiques d’Enagás, la société qui est chargée du maintien et du développement des infrastructures gazières en Espagne. Les dernières statistiques d’Enagás montrent que la Sonatrach (entreprise pétrolière et gazière algérienne), durant les sept mois de 2022, a perdu jusqu’à 42% de ses exportations gazières vers l’Espagne. Au cours la période de référence, l’Espagne a acheté 64 534 gigawattheures (GWh) de gaz à l’Algérie, dont 60 056 GWh (93 %) qui ont été transférés par l’oléoduc Medgaz et le reste qui ont été transférés par des méthaniers sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL). Entre janvier et juillet, les importations algériennes de gaz ne représentent que 24,5% contre 48,8% pour la même période en 2021.




Les chiffres qui ont été publiés par la société qui est chargée du maintien et du développement des infrastructures gazières en Espagne confirment une fois de plus la place des États-Unis en tant que premier fournisseur de l’Espagne en gaz, avec une part de 32,9%, soit 86 609 GWh. Avant la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe, qui a été décidée fin octobre 2021 par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, les exportations américaines de gaz vers l’Espagne ne représentaient que 16% en septembre 2021. En revanche, le volume de gaz en provenance de l’Algérie, essentiellement transféré alors par les pipelines du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui passe via le Maroc, et Medgaz, avoisinait 48% du total des importations espagnoles.