Les États-Unis renforcent la défense aérienne marocaine

LES ÉTATS-UNIS RENFORCENT LA DÉFENSE AÉRIENNE MAROCAINE

Dans le projet de budget militaire pour l’année 2023, présenté fin juillet au Congrès, les États-Unis prévoient de financer un réseau de défense aérienne dans les pays de la région MENA (Middle East and North Africa – l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient). L’aide américaine serait destinée aux pays arabes, dont le Maroc, qui ont normalisé leurs relations avec Israël dans le cadre des Accords d’Abraham.




« Les fonds affectés au titre de cette rubrique, y compris ceux destinés à l’assistance à l’Égypte, à la Jordanie, à Bahreïn, au Soudan, au Maroc, aux Émirats arabes unis et à tout pays membre de la Coopération du Golfe que le Secrétaire d’État juge approprié, devraient être utilisés en partie pour renforcer la coopération multilatérale en matière de défense avec Israël et pour établir des réseaux intégrés de défense aérienne entre ces pays et Israël, même pour contrer les attaques de missiles et les systèmes de drones de l’Iran et de ses mandataires », peut-on lire dans le projet de budget militaire pour l’exercice 2023.

Le Maroc est l’un des potentiels bénéficiaires de cette aide américaine, d’un montant prévisionnel de 6 milliards de dollars, en raison du risque d’un conflit armé avec le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » qui a le soutien de l’Iran.




Selon les médias marocains, le Royaume du Maroc serait lésé dans la mise en place de ces réseaux de défense aérienne, vu sa position géographique par rapport aux autres pays bénéficiaires de l’aide américaine.

En revanche, cette aide pourrait être directement investie pour renforcer davantage les systèmes de défense aérienne du royaume, fait savoir Atalayar.

Avec cet appui du gouvernement américain, le Maroc pourrait devenir la superpuissance militaire de la région et supplanter ainsi l’Algérie.

De source bien informée, la base militaire en cours d’installation à environ 30 kilomètres à l’est de la ville de Kénitra, pourrait accueillir les systèmes de missiles Patriot dont le Congrès américain a finalement autorisé la vente au Maroc.

Avec Israël, le Royaume du Maroc a conclu un accord début 2022 pour acquérir les systèmes Barak 8.




C’est ce qui devrait renforcer considérablement la défense aérienne du Royaume du Maroc qui dispose déjà du Sky Dragon 50 et du FD-2000B, qui sont deux systèmes de fabrication chinoise.

D’après certains experts espagnols en matière de sécurité et de défense, l’Algérie est le motif principal du réarmement du Maroc. La crise entre les deux pays s’est intensifiée l’année dernière.

L’Algérie a rompu en août 2021 ses relations diplomatiques avec le Maroc et fermé en octobre le gazoduc Maghreb-Europe traversant le royaume.

À la question du Sahara qui divisait les deux pays, s’est ajoutée la normalisation des relations entre le Royaume du Maroc et l’État d’Israël. Ces dernières semaines, des tentatives d’apaisement des tensions ont été notées de part et d’autre.