Le Congrès mondial amazigh en colère contre le chef du gouvernement marocain

LE CONGRÈS MONDIAL AMAZIGH EN COLÈRE CONTRE LE CHEF DU GOUVERNEMENT MAROCAIN AZIZ AKHANNOUCH

Le Congrès mondial amazigh reproche au chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, d’exploiter l’identité amazighe comme une façade folklorique pour marquer des points politiques pour son parti et à son gouvernement de cautionner la violation des lois marocaines.




Le gouvernement marocain entretient un « racisme dangereux contre la communauté amazighe » dans le Royaume du Maroc, a déclaré le Congrès mondial amazigh (CMA) dans un récent communiqué.

Le Congrès mondial amazigh dit avoir constaté qu’en dehors de promesses sans ordre du jour, aucune mesure significative n’a été prise en faveur de la reconnaissance et du respect des droits des Amazighs.

Affirmant que Aziz Akhannouch et son parti, le Rassemblement national des indépendants (RNI), doivent leur victoire aux élections du 8 septembre principalement à l’appui de la communauté amazighe, l’organisation note cependant que le gouvernement qu’il dirige n’a pas prononcé en janvier la reconnaissance du nouvel an amazigh dit Idh Yennayer comme un jour férié payé, ni œuvré pour l’effectivité des traductions amazighes en temps réel pendant la session parlementaire.

Le Congrès mondial amazigh critique également l’absence de tamazight dans les documents administratifs marocains comme les passeports et pièces d’identité.




Et ceci malgré la reconnaissance du tamazight comme langue officielle au Royaume du Maroc il y a une décennie et le fait que les formalités administratives, les médias et les programmes scolaires au Royaume du Maroc sont encore largement dominés par la langue française depuis l’époque de la colonisation.

Pourtant, les Imazighen représentent plus de 26,7% de la population.

« En d’autres termes, le gouvernement cautionne la violation des lois marocaines et entretient un grave racisme d’État contre le tamazight », a affirmé le Congrès mondial amazigh.

« La faible politique d’implantation du tamazight comme langue officielle nous révèle que nous sommes face à une grande “manœuvre” collective, à laquelle tous les partis politiques ont participé à des degrés divers, pour absorber la colère de la rue marocaine en février 2011 », a déclaré The New Arab Abdellah Badou, un militant amazigh marocain.