Conflit avec le Maroc: un responsable du Polisario accuse Brahim Ghali et l’Algérie

CONFLIT AVEC LE MAROC: UN RESPONSABLE DU POLISARIO ACCUSE BRAHIM GHALI ET L’ALGÉRIE

Le dirigeant du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » El Bachir Mustapha Sayed, tient Brahim Ghali et l’Algérie pour responsables de l’échec du mouvement indépendantiste dans sa « guerre » contre le Royaume du Maroc.




El Bachir Mustapha Sayed semble en rupture de ban avec le chef du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » et le régime algérien, le protecteur du mouvement indépendantiste.

Dans un enregistrement sonore diffusé sur les réseaux sociaux, il condamne ouvertement la reprise des armes, lancée le 13 novembre 2020, par Brahim Ghali contre le Royaume du Maroc avec le soutien de l’Algérie (fourniture d’armes, logistique, etc.) , à la suite du blocage du passage d’El Guerguerat avec une poignée de miliciens déguisés en civils.

Le frère cadet de Mustapha El Ouali, le fondateur du Polisario qui est mort en juin 1976, estime que c’était « une erreur stratégique monumentale ».




Une erreur « fatale » pour le Polisario, relève El Bachir Mustapha Sayed.

Autre erreur monumentale relevée: la décision de rompre les accords de cessez-le-feu, signés sous l’égide de l’Organisation des Nations unies en 1991.

À en croire le « ministre conseiller à la présidence », les milices séparatistes armées du Polisario ne disposent pas de moyens humains de faire une guerre.

Cela pourrait expliquer la nouvelle position du groupe séparatiste armé.

Dans un communiqué, le secrétariat général a évoqué l’engagement du Polisario à « coopérer afin de mettre en œuvre la résolution du sommet de l’Union africaine pour faire taire les armes » sur le continent, organisé en Afrique du Sud.