Le Wali de la Banque centrale du Maroc parmi les meilleurs banquiers centraux au monde

GLOBAL FINANCE : LE WALI DE BANK AL-MAGHRIB (LA BANQUE CENTRALE DU MAROC) PARMI LES MEILLEURS BANQUIERS CENTRAUX AU MONDE

Abdellatif Jouahri, le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM, la Banque centrale du Maroc), figure parmi les meilleurs banquiers centraux au monde, selon le dernier classement établi par le magazine américain Global Finance. Abdellatif Jouahri a obtenu la note «A-» attribuée par le magazine new-yorkais dans son rapport intitulé «Central Banker Report Cards 2022».




Tout d’abord, c’est quoi un Banque centrale ?

La Banque centrale d’un pays est une institution chargée par l’État de décider d’appliquer la politique monétaire. Elle joue plusieurs rôles ou une partie des rôles suivants:

– assurer l’émission de la monnaie fiduciaire (ou monnaie banque centrale) et contribuer ainsi à fixer les taux d’intérêt

– superviser le fonctionnement des marchés financiers, assurer le respect des réglementations du risque (ratio de solvabilité) des institutions financières (en particulier des banques de dépôts)

– jouer le rôle de prêteur en dernier ressort en cas de crise systémique.

– assurer la stabilité monétaire en évitant d’intervenir dans les politiques de croissance économique et d’emploi.

– Intervenir au niveau de la politique de l’emploi en baissant les taux directeurs et par là les taux d’intérêt des banques commerciales pour permettre une croissance économique plus élevée et baisser ainsi le chômage ou, au contraire, augmente les taux afin de baisser la croissance et l’emploi en octroyant moins de crédits à l’économie.




Publié annuellement par Global Finance depuis 1994, le rapport classe les gouverneurs des Banques centrales de plus de 96 pays clés, y compris l’Union européenne, la Banque centrale des Caraïbes orientales, la Banque des États d’Afrique centrale et la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest.

Dans un communiqué, l’éditeur et directeur de la rédaction à Global Finance, Joseph Giarraputo, a souligné qu’«au moment où les craintes d’une récession mondiale s’installent dans le monde entier, les projecteurs sont braqués sur les banquiers centraux pour qu’ils adoptent des politiques qui contribuent à éviter ce scénario».

Il a relevé que le rapport de Global Finance analyse et note les responsables de la politique financière qui prennent la meilleure décision et ceux qui doivent s’améliorer.




Les notes attribuées par le magazine sont classées sur une échelle de «A» à «F» et tiennent compte des performances réalisées au niveau de la maîtrise de l’inflation, de la réalisation des objectifs de croissance économique, de la stabilité monétaire et de la gestion des taux d’intérêt.

«A» représente une excellente performance et «F» un échec total. D’autres critères subjectifs sont également pris en compte dans ce classement.

Les autres banquiers centraux qui ont obtenu la note «A-» sont Dimitar Radev (Bulgarie), Leonardo Villar Gómez (Colombie), Tarek Amer (Égypte), Koba Gvenetadze (Georgie), Harvesh Kumar Seegolam (Iles Maurice), Adrian Orr (Nouvelle Zélande), Benjamin Diokno (Philippines), Fahad al-Mubarak (Arabie Saoudite) et Diego Labat (Uruguay).