Sahara marocain: l’heure du bilan et de la clarification

SAHARA MAROCAIN : L’HEURE DU BILAN ET DE LA CLARIFICATION

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a fait le point sur les acquis, nombreux et irréversibles, engrangés dans l’affaire du Sahara marocain et invité les partenaires du Royaume du Maroc encore indécis à se départir de leurs positions ambiguës et à mettre fin à l’ambivalence dans une affaire cruciale pour le Royaume du Maroc.




Dans le discours prononcé ce samedi à l’occasion de 69ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, les propos du Souverain sont aussi limpides que l’eau de roche.

Sans triomphalisme et avec un sens élevé de synthèse et de clarté, le Souverain a fait le bilan des deux dernières années au sujet de l’évolution favorable du dossier du Sahara en raison de la force de conviction de la diplomatie royale, ainsi que le sérieux et la crédibilité de l’initiative marocaine d’autonomie dans les provinces du sud.

La position « juste et légitime » du Royaume du Maroc sur cette question a été le principal vecteur des «grandes percées» réalisées par la diplomatie marocaine aux niveaux régional et international, des percées qui se sont traduites par le soutien exprimé par de nombreux pays influents en faveur de la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur ses territoires sahariens.

Dans le listing des soutiens internationaux, le poids géopolitique des États-Unis, de l’Allemagne, de l’Espagne, de la Hollande et du Portugal, entre autres, est clairement favorable au Royaume du Maroc.




Il vient s’ajouter au fait que 84% des pays membres de l’Organisation des Nations unies ne reconnaissent pas l’entité factice installée par l’Algérie à Tindouf.

Pour ce qui est du soutien américain, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a mis l’accent sur la constance de la position des États-Unis d’Amérique, malgré « le changement d’administration ou l’évolution de la conjoncture », ce qui constitue un revers pour les professionnels de la prestidigitation qui ont parié en vain sur un changement de l’administration à Washington.

La position « claire et responsable » de l’Espagne, qui connait mieux que quiconque la genèse et la véritable nature du conflit autour du Sahara marocain, a été saluée par le Souverain, qui a réitéré que le partenariat avec le voisin du nord est désormais à l’abri des aléas de la politique au niveau régional ou des changements de gouvernement au niveau interne.

L’image de l’Espagne, précise le Souverain, le «positionnement constructif» à l’égard de l’Initiative d’autonomie affiché par des pays européens est venu renforcer les relations de confiance avec ces nations amies et raffermir le partenariat de qualité qui les lie au Royaume du Maroc.




Plus encore qu’un positionnement, une trentaine de pays africains, arabes et latino-américains ont apporté un soutien qui n’est pas équivoque, franc et clair à la marocanité du Sahara en ouvrant des consulats dans les provinces du sud, ce qui en langage diplomatique se traduit par une reconnaissance irrévocable de la souveraineté du Royaume du Maroc sur ces/ses territoires.

Partant de ce bilan très positif et de la justesse de la cause nationale, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message clair au reste du monde pour souligner la place centrale qu’occupe le dossier du Sahara dans les relations qu’entretient le Royaume du Maroc avec son environnement international.

C’est à l’aune de cette question que le Royaume du Maroc «mesure la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats qu’il établit», comme l’a affirmé le Souverain.

Aussi, les partenaires du Royaume du Maroc, qu’ils soient traditionnels ou nouveaux et dont les positions sur l’affaire du Sahara sont encore ambiguës, sont instamment invités par le Souverain à clarifier leur position afin qu’elle ne souffre d’aucune ambivalence.




En clair, ils sont invités à sortir de la zone de confort et mettre de côté le langage diplomatique feutré afin d’exprimer loyalement et honnêtement leur soutien à l’Initiative d’autonomie.

Une façon aussi de dire que désormais, le gris n’a plus de place dans les relations que ces pays souhaitent avoir avec le Royaume du Maroc. Tous ces acquis sont le fruit d’une unité nationale inébranlable construite par les Marocains de l’intérieur et de l’extérieur, toutes confessions confondues.

À ce propos, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a salué les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger qui «défendent avec abnégation l’intégrité territoriale de leur pays, en faisant résonner la cause nationale à toutes les tribunes qui leur sont accessibles et à la faveur des positions qu’ils occupent».

Les quelques cinq millions de Marocains résidant à l’étranger, auxquels s’ajoutent des centaines de milliers de juifs marocains à l’étranger.




Ils constituent un trésor de compétences qu’il convient de préserver et de faire fructifier à travers des politiques d’accueil et d’accompagnement qui soient adaptées à leurs besoins et qui soient à la hauteur de l’amour qu’ils portent à leur pays.

Le Souverain a mis l’accent sur le haut profil, «motif de fierté», des membres de la communauté marocaine à l’étranger dans différents domaines scientifiques, domaines économiques, domaines politiques, domaines culturels, domaines sportifs et autres, estimant que «le temps est venu de doter cette communauté de l’encadrement nécessaire ainsi que des moyens et des conditions pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même, dans l’intérêt bien compris de son pays et de son développement».

Cette démarche passe nécessairement par la modernisation et la mise à niveau du cadre institutionnel qui régit cette catégorie de citoyens chers à Sa Majesté le Roi Mohammed VI.