Étouffées par le Maroc, les villes occupées de Sebta et Melilla agonisent

ÉTOUFFÉES PAR LE ROYAUME DU MAROC, LES VILLES OCCUPÉES DE SEBTA ET MELILLA AGONISENT

Les dirigeants et les commerçants des villes occupées de Sebta et Melilla doutent de la survie économique des deux villes, la nouvelle stratégie adoptée par le Royaume du Maroc étant un sérieux handicap.




La fermeture des frontières marocaines avec les villes occupées de Sebta et Melilla lors de la pandémie de Covid-19, ainsi que les mesures prises par le Royaume du Maroc pour mettre fin à la contrebande, ont produit un impact négatif sur les deux villes espagnoles.

Les grands commerçants ont déserté faute d’activité économique.

Sans douanes commerciales, les enclaves occupées de Sebta et Melilla paient un lourd tribut.

Une perte sèche de plus de 2 milliards de dollars pour l’économie des deux villes a été enregistrée.

Malgré les nombreux appels d’associations commerçantes et d’entrepreneurs des présides occupés de Sebta et Melilla, la douane commerciale reste fermée.




Elles commencent à exprimer des inquiétudes quant à l’avenir des deux villes.

Face à cette situation, leurs dirigeants auraient multiplié les missions de lobbying auprès de Madrid, mais également de Bruxelles, pour faire pression sur le Royaume du Maroc afin d’obtenir de celui-ci l’assouplissement des « mesures » pénalisant le commerce.

Du côté de Rabat, la réouverture de la douane commerciale semble ne pas être à l’ordre du jour.

Le Royaume du Maroc a ouvert et achevé plusieurs chantiers dans la région, notamment le port Nador West Med qui sera fonctionnel dans les tout prochains mois et l’extension et la modernisation en cours de l’aéroport de Tétouan-Sania R’mel.