Nasser Bourita: les propos de Josep Borrell ne reflètent pas la position de l’Espagne et de l’UE

SAHARA MAROCAIN: POUR NASSER BOURITA, LES PROPOS DE JOSEP BORRELL «NE REFLÈTENT PAS LA POSITION DE L’ESPAGNE ET DE L’UNION EUROPÉENNE»

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita a déploré, à Rabat, les déclarations du haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell. «Nous déplorons ces déclarations parce qu’elles ne reflètent pas la position de l’Espagne et de l’Union européenne», a confié le chef de la diplomatie marocaine, cité par l’agence de presse hispanophone EFE.




Lors de la conférence de presse animée avec son homologue allemande, le chef de la diplomatie marocaine a confié avoir eu «une discussion directe» avec le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, précisant que le haut représentant a ensuite rectifié ses propos «dans une interview avec EFE et une déclaration de la diplomatie à Bruxelles».

Une nouvelle déclaration affirmant que l’Union européenne «soutient les efforts des Nations unies» et apprécie les «efforts sérieux et crédibles» du Royaume du Maroc, poursuit le ministre marocain des Affaires étrangères.

«Espérons qu’il s’agit d’un lapsus de Borrell», a ajouté Nasser Bourita, en saluant le soutien de l’Allemagne au plan marocain d’autonomie comme solution au conflit artificiel du Sahara occidental.




Mercredi, dans son entretien avec l’agence de presse hispanophone EFE, Josep Borrell a plaidé pour que la solution au problème du Sahara «passe par une solution convenue entre les parties» et «dans le cadre des résolutions des Nations unies».

«Nous n’exprimons pas de préférence sur la manière de procéder. C’est aux parties qu’il appartient de le faire.

Cela revient en particulier à l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, que nous soutenons dans son travail, Monsieur De Mistura», a ajouté le haut représentant.

Mardi, le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, avait affirmé pourtant que la solution du conflit passe par la «consultation du peuple sahraoui», dans une déclaration à la chaine de télévision publique espagnole, qui ont fait réagir l’Algérie.