Montpellier: en fuite vers le Maroc, un présumé meurtrier arrêté

EN FUITE VERS LE ROYAUME DU MAROC, UN PRÉSUMÉ MEURTRIER A ÉTÉ ARRÊTÉ À MONTPELLIER

Alors qu’il tentait de s’envoler vers le Royaume du Maroc, le chauffard qui a tué un adolescent à Montpellier a été arrêté jeudi 25 août puis réincarcéré. Cette tentative de fuite est intervenue deux jours après sa remise en liberté sous contrôle judiciaire.




L’arrestation a eu lieu jeudi à l’aéroport de Marignane. Ce sont les éléments de la police de l’air et des frontières qui ont interpellé le chauffard qui avait renversé et tué Adam, un petit garçon le 21 août 2021 alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour le Maroc, rapporte Midi Libre. Après son interpellation, il a été placé en garde à vue et présenté devant le juge des libertés et de la détention (JLD) pour discuter de la révocation de son contrôle judiciaire. Il est de nouveau incarcéré. Le Montpelliérain âgé de 35 ans avait été remis en liberté le 22 août, à la suite d’un oubli judiciaire.




Mais il a pour obligation de pointer au commissariat de Béziers. Une obligation qu’il a tenté de violer. « J’avais conseillé à mon client de respecter son contrôle judiciaire. De mon côté, je n’ai jamais fait de demande de remise en liberté de mon client. Il a été remis en liberté suite à une négligence », indique Marc Gallix, l’avocat du chauffard. Lors de sa présentation devant le juge des libertés et de la détention, le mis en cause a assuré n’avoir pas « l’intention de fuir ses responsabilités judiciaires » et a justifié son voyage au Maroc par la nécessité de chercher de l’argent pour vivre.




Ces ennuis judiciaires débutent le 21 août 2021, à la suite d’un accident mortel survenu sur l’avenue de Monsieur-Teste à Montpellier. Ce jour-là, il conduisait avec un taux de 0,9 gramme d’alcool dans le sang. Sa voiture avait percuté mortellement Adam, 9 ans, alors qu’il était sur le trottoir en compagnie de sa mère et de sa petite sœur de 8 ans. Ces dernières s’en étaient sorties avec des blessures à la tête et aux jambes. Mis en examen par un juge d’instruction pour homicide et blessures involontaires aggravés par trois circonstances, le chauffeur avait été placé en détention provisoire.