Le Burundi regrette l’absence du Maroc de la TICAD 8

LE BURUNDI REGRETTE L’ABSENCE DU MAROC DE LA TICAD 8

Le Burundi a regretté l’absence du Royaume du Maroc de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8).




“Nous regrettons l’absence du Royaume de Maroc de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique suite au manque de consensus lors des négociations qui ont précédé ces assises”, a dit le président burundais, Évariste Ndayishimiye lors d’une séance plénière sur la paix et sécurité dans le cadre de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique.

“Nos vœux les plus ardents du Burundi est d éviter de telles divisions lors des prochaines sessions”, a-t-il insisté.

Selon le président du Burundi Évariste Ndayishimiye, l’objectif de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique est d’agir à l’unisson de visions et dans le cadre d’approches dans l’intérêt de la solidarité internationale.

Le Maroc avait décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique et de rappeler immédiatement en consultation l’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Tunis “suite à l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume”.




Samedi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a indiqué que le communiqué publié vendredi soir par le ministère tunisien des Affaires étrangères pour tenter de justifier a posteriori l’acte hostile et profondément inamical des autorités tunisiennes à l’égard de la Cause Nationale première et des intérêts supérieurs du Royaume du Maroc, “contient de nombreuses approximations et contrevérités”.

Et le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger souligner l’importance de respecter les règles et les procédures relatives à l’invitation des personnes et délégations, établies conjointement avec le Japon, appelant à se conformer aux décisions de l’Union africaine relatives au format de la participation dans des rencontres de partenariat.