TICAD: le Liberia appelle à suspendre la Conférence, les Comores regrettent l’absence du Maroc

8ÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE TOKYO SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE (TICAD 8) : LES COMORES REGRETTENT L’ABSENCE DU MAROC, LE LIBERIA APPELLE À LA SUSPENSION DE LA CONFÉRENCE

Le Liberia a regretté, samedi, l’absence du Maroc de la 8ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 8) et appelé à «la suspension de cette session jusqu’à résolution des problèmes relatifs aux procédures» après l’invitation unilatérale de l’entité séparatiste du Polisario à cet événement.




«Le Liberia fait part de son regret quant à l’absence du Maroc de la TICAD 8. On est surpris de la présence imposée d’une délégation en violation des procédures de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique», a dit le ministre libérien des Affaires étrangères, Dee-Maxwell Saah Kemayah, à l’ouverture de cette conférence.

Dans ce sens, il a appelé au respect des règles et procédures relatives à l’invitation des personnes et délégations, établies conjointement avec le Japon.

Le ministre libérien des Affaires étrangères, Dee-Maxwell Saah Kemayaha, a appelé à se conformer aux décisions de l’Union africaine relatives au format de la participation dans des rencontres de partenariat. Cette position vient conforter celles prises par d’autres États africains.




D’autres États africains ont dénoncé l’invitation unilatérale par la Tunisie de l’entité séparatiste contre l’avis du Japon et en violation du processus de préparation et des règles établies.

Dans ce sens, le président de la Guinée Bissau et président en exercice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Umaro Sissoco Embalo, a quitté cette conférence pour protester contre la participation du Polisario.

De son côté, le président du Sénégal et président en exercice de l’Union africaine, Macky Sall, a regretté que la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique soit marquée par l’absence du Maroc, un «éminent membre de l’union africaine». Les Îles Comores ont, pour le part, regretté l’absence du Maroc, «un pilier de l’Afrique».




«Je voudrais exprimer notre regret pour l’absence du Maroc, un pilier de l’Afrique pour des raisons de conformité des règles établies jusqu’ici pour l’organisation de ce sommet de la Ticad», a dit le président des Iles Comores, Azali Assoumani, à l’ouverture de cette conférence. Il a formulé le souhait que «cela n’affectera pas les attentes de nos peuples dans ce partenariat stratégique entre l’Afrique et le Japon».

Le Maroc a décidé de ne pas participer au 8ème Sommet de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique qui se tient en Tunisie les 27 et 28 août et de rappeler immédiatement en consultation l’ambassadeur à Tunis, «suite à l’attitude de ce pays dans le cadre du processus du forum de coopération Japon-Afrique qui vient confirmer de manière flagrante son hostilité à l’égard du Royaume».