Le Maroc commence à stériliser les chiens errants

LE ROYAUME DU MAROC COMMENCE À STÉRILISER LES CHIENS ERRANTS

Les chiens errants de la ville d’Oujda ont commencé à être stérilisés. L’opération s’étendra dans d’autres villes, notamment à Marrakech, à Tanger, à Rabat, à Agadir, à Casablanca, etc.




L’opération de stérilisation des chiens errants est menée conjointement par le Conseil national de l’ordre des vétérinaires (OVM), la commune, le Conseil de la ville d’Oujda et l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA).

Selon les explications fournies par les vétérinaires, cette opération qui a démarré à Oujda et qui aura une portée nationale, a pour but de stopper la reproduction au niveau des chiens errants afin de réduire leur nombre.

Dans un communiqué publié par l’ordre des médecins, il est indiqué que « 2000 vétérinaires privés et agents de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires participeront à cette campagne qui couvrira également plusieurs zones rurales ».




L’opération de stérilisation des chiens errants s’inscrit dans le cadre d’une convention cadre signée en février 2019 et dont la mise en application a été retardée par la pandémie du Covid-19.

Selon le Dr Badre Tnacheri Ouazzani, président de le Conseil national de l’ordre des vétérinaires, cette opération est la meilleure solution pour lutter contre le phénomène des chiens errants et par la même occasion, mettre fin à toutes les conséquences qu’elle entraîne.

La vaccination se fera dans les cabinets vétérinaires, faute de refuges.

« La commune s’occupera de capturer les chiens qu’elle enverra dans les cabinets. Certes c’est contraignant pour les vétérinaires, mais c’est un sacrifice nécessaire », explique le président de l’Ordre des vétérinaires.




L’opération de stérilisation des chiens errants ne consiste pas seulement à stériliser les chiens errants et à les relâcher dans la nature, mais la convention-cadre impose la construction de refuges capables de les accueillir.

Mais pour le moment, il n’y a qu’un seul refuge construit à Rabat.

En attendant d’en avoir dans les grandes villes concernées par la vaccination, les chiens vaccinés seront relâchés là où ils ont été capturés.

Les vétérinaires rassurent sur le fait que « les chiens stérilisés seront reconnaissables grâce à une boucle d’oreille numérotée, preuve de leur bonne santé ».

Le ministre de la Santé et le ministre de l’Intérieur invitent les walis* et les autres autorités locales à accompagner cette opération afin qu’elle soit une réussite.

*Au Maroc, le wali (grade de gouverneur au sein du ministère de l’Intérieur) est un haut fonctionnaire.