Syrie: « abandonnés » par le Maroc, les enfants des femmes de Daech scolarisés en prison

SYRIE : « ABANDONNÉS » PAR LE MAROC, LES ENFANTS DES FEMMES DE DAECH SCOLARISÉS EN PRISON

Des enfants marocains et d’autres nationalités dont les mères sont détenues à la prison de al-Hasakah sont scolarisés dans un centre éducatif dirigé par leurs ravisseurs kurdes.




Environ 20 filles et garçons, entre huit et 10 ans reçoivent les cours dans un bâtiment préfabriqué au centre éducatif créé en 2020 par les autorités kurdes locales pour accueillir les enfants de femmes détenues soupçonnées d’être des ex-membres de l’État Islamique (EI).

« Je viens du Maroc », a déclaré un garçon en quittant sa classe. À côté de lui, son ami rigole. « Je viens de la Tunisie », ajoute-t-il. Un autre garçon pointe du doigt une camarade de classe et dit : « Elle est française ». Le travail des encadrants est fastidieux.

« Notre travail est difficile, car chaque élève vient d’un pays différent », a déclaré à Middle East Eye Solin, l’un des enseignants. Venant de différents pays, tous les enfants ne parlent pas l’arabe.

Une grosse difficulté pour l’enseignant. Il dit avoir eu du mal à communiquer avec une petite fille du Tadjikistan qui ne comprenait rien au début des cours. « Elle criait : ‘Laisse-moi, laisse-moi !’ Enfin, son frère aîné m’a aidé à communiquer avec elle », a ajouté Solin.




Cinq fois par semaine, à partir de 9h00 du matin, 71 enfants sortent des cellules, où ils dorment avec leurs mères pour passer quelques heures au centre éducatif.

« Nous ne pouvons pas laisser ces enfants passer toute leur journée en prison avec leur mère, a déclaré Dina, la responsable du centre. Ce ne serait pas juste. Ce sont des enfants innocents. » Début juillet, la France a rapatrié 35 enfants avec leurs mères détenues dans le camp du Roj, mais les pays comme le Maroc n’ont pas encore franchi le pas.

Ces derniers avaient annoncé depuis plusieurs mois qu’ils allaient organiser des opérations de rapatriements, mais c’est toujours le statu quo. Débordé, le centre est à bout de souffle.

« Notre centre n’est pas une solution qui peut durer », soupire Dina, qui s’occupe des enfants à la prison de Hassaké. « C’est pourquoi chaque pays doit rapatrier ses enfants. Ce serait un grand soulagement pour nous. S’ils restent, ils voudront se venger. »