Visas: la pomme de la discorde entre le Maroc et la France

VISAS: LA POMME DE LA DISCORDE ENTRE LE MAROC ET LA FRANCE

Le refus de la France de délivrer des visas à des Marocains a fini d’envenimer les relations diplomatiques entre les deux pays, déjà refroidies après l’affaire Pegasus.




Tout a commencé en septembre 2021 avec la décision du gouvernement français de réduire de 50% le nombre de visas délivrés aux Marocains et aux Algériens, et de 30% pour les Tunisiens.

Une mesure prise par Emmanuel Macron pour amener ces pays à collaborer pour le retour de leurs ressortissants dont l’expulsion est établie.

Mais ces pays refusent de délivrer le laissez-passer consulaire à ces derniers, freinant du coup la politique migratoire du président français, analyse Jeune Afrique.

Depuis l’entrée en vigueur en novembre 2021 de cette mesure « injustifiée », selon Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, les politiques comme les citoyens marocains n’ont cessé de dénoncer ce qu’ils considèrent comme une attaque contre leur « intégrité » ou « une injure à la dignité marocaine », selon les termes du chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch.




Sur les réseaux sociaux, les hashtags et les réactions anti-France se multiplient. Plutôt que de se « prosterner pour avoir un visa », l’universitaire Mokhtar Chaoui exhorte les Marocains à « zapper » un pays « qui vous snobe, que ça soit la France ou un autre ».

L’écrivain marocain, Abdelmajid Benjelloun, dénonce pour sa part cette position française « hostile et inamicale » envers le Maroc.

Le président de la Fédération marocaine des droits du consommateur a demandé à l’ambassade de France la restitution des frais des visas refusés sans raison valable. 

Légalement,  le consulat français est censé restituer les frais de visa en cas de refus. 

Et conformément à la réglementation marocaine, à la réglementation française et aux lignes directrices de la protection du consommateur des Nations Unies, la France doit restituer les frais de visa non délivré.

En plus, la France n’a pas respecté le droit à l’information puisque le consommateur marocain n’a pas été informé sur les nouvelles modalités de délivrance de visa.

Il faut restituer l’argent concernant les dossiers complets.

C’est un service payant. Et quand le service n’est pas effectué, l’argent doit être restitué.

Alors que l’argent détenu par l’ambassade de France n’a pas été restitué aux déposants. Ce qui est illogique !




On peut même dire qu’il s’agit d’une arnaque pure et simple.

Parce que la France a réduit de moitié le nombre de visas accordés aux Marocains, alors qu’en réalité, entre 2018 et 2022, 75% des demandes de visa effectuées ont été refusées. 

Donc l’ambassade de France, en tant que fournisseur, ne peut vendre qu’une certaine quantité, mais elle continue de recevoir beaucoup de demandes de visas.

C’est une arnaque pure et simple!

À part les visas, autre dossier « brûlant »: le Sahara marocain

Dans son discours du 20 août à l’occasion de la Fête de la Révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a rappelé que le Sahara est « l’aune qui mesure la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats qu’il établit », appelant les autorités françaises à clarifier leur position sur cette question cruciale, comme l’ont déjà fait l’Allemagne et l’Espagne.