Sommet arabe: les messages du chef de la diplomatie marocaine à l’Algérie

SOMMET ARABE: LES MESSAGES DU CHEF DE LA DIPLOMATIE MAROCAINE À L’ALGÉRIE

Comme lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, le 9 mars dernier, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a adressé, au Caire, de nouveaux messages à l’Algérie sur la finalité de l’organisation d’un Sommet arabe.




Comme prévu, le ministre marocain des Affaires étrangères a participé, ce mardi 6 septembre au Caire, à une nouvelle session du Conseil exécutif de la Ligue arabe.

Une tribune que Nasser Bourita a saisie pour adresser des messages à l’Algérie.

«Le contexte international et arabe requiert que le prochain Sommet se tienne sur la base d’un engagement de responsabilité et loin de tous calculs étroits ou de logique dépassée, en consolidant la confiance nécessaire et en respectant les rôles de chaque partie», a souligné le chef de la diplomatie dans une allocution.

Le ministre a invité, dans son discours, ses pairs arabes à «une lecture objective de la réalité du monde arabe, qui est en proie à des différends internes et externes divers et à des manœuvre externes et internes visant à semer la division, à soutenir les velléités séparatistes, à déclencher les conflits frontaliers, ethniques, sectaires et tribaux et à consumer la région et épuiser ses richesses».

Une allusion à peine voilée au soutien de l’Algérie au groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario ».




«Le monde arabe, a-t-il noté, se trouve face à un tournant très difficile, qui nous oblige à surmonter d’urgence les obstacles qui empêchent le renforcement de la cohésion et de la solidarité entre nos pays arabes et détournent notre attention et nos efforts des grands enjeux politiques et économiques qui se posent avec acuité dans l’agenda arabe et qui, de surcroît, doivent être traités efficacement».

Face à ces difficultés et menaces, le chef de la diplomatie s’est dit convaincu que «le moment est venu de jeter les bases solides d’un partenariat arabe intégré visant à développer des mécanismes d’action arabe commune et à construire un système collectif moderne, renouvelable et efficace».

Et de rappeler que «le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, s’est engagé au cœur de l’action arabe commune, aussi bien à l’intérieur des principales structures de la Ligue des États arabes, qu’à travers les instances qui en relèvent, comme en atteste l’organisation par le Royaume du Maroc de sept sommets arabes qui ont contribué à unifier la voix arabe et à donner un nouvel élan à l’action arabe commune».




Le discours du ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita de ce mardi 6 septembre s’inscrit dans la même ligne politique ayant encadré son allocution du 9 mars dernier lors d’une précédente session du conseil exécutif de la Ligue arabe au Caire.

Le chef de la diplomatie marocaine avait notamment appelé «à une bonne préparation du Sommet arabe selon un cahier de charges bien défini», «la périodicité et la régularité des Sommets arabes au mois de mars de chaque année» et préciser que l’organisation du conclave «n’est pas un privilège».

Encore un message destiné à l’Algérie.

Ce mardi au Caire, le ministre des Affaires étrangères a eu des réunions avec ses homologues d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Bahreïn, de la Libye et du Somalie ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe.

Mercredi, le chef de la diplomatie du Royaume du Maroc s’est entretenu, à Amman, avec le chef de la diplomatie du Royaume de Jordanie.