(Vidéo) Maroc: des révélations sur le scandale sexuel au bureau de liaison d’Israël

(VIDÉO) NOUVELLES RÉVÉLATIONS SUR LE SCANDALE SEXUEL SECOUANT LE BUREAU DE LIAISON D’ISRAËL AU MAROC

Le ministère israélien des Affaires étrangères était au courant, depuis un an, des accusations portées contre le chef du bureau de liaison israélien au Maroc, David Govrin. Parallèlement à sa première convocation puis une deuxième, le ministère des Affaires étrangères a dépêché une délégation à Rabat.




La Société de radiodiffusion publique israélienne (KAN) a dévoilé, mardi, de nouvelles révélations sur le scandale secouant le bureau de liaison israélien à Rabat.

Dans un reportage télévisé, la chaîne a ainsi indiqué que le ministère israélien des Affaires étrangères aurait été au courant des accusations portées contre le chef du bureau de liaison israélien à Rabat, David Govrin, d’avoir harcelé des femmes marocaines, depuis un an.

«Il y a environ un an, le ministère des Affaires étrangères a reçu un témoignage grave contre le chef de la mission au Maroc, David Govrin», indique-t-elle en précisant que le 25 octobre 2021, une femme marocaine a adressé une plainte au porte-parole du ministère pour les médias arabes, au sujet du chef du bureau de liaison israélien, décrivant un «comportement inacceptable».




«Israël aurait dû sélectionner avec soin ses diplomates et ambassadeurs.

Il est illogique pour Israël d’envoyer un homme obsédé par les femmes au point de les harceler.

C’est insultant et cela devrait être arrêté», aurait-elle indiqué dans sa plainte.

La Marocaine, dont l’identité n’a été pas révélée, aurait assuré que les «employées de l’hôtel dans lequel l’ambassadeur a séjourné environ 10 mois ont des dizaines d’histoires liées à cette affaire».

La semaine dernière, une équipe du ministère des Affaires étrangères est arrivée au Maroc pour vérifier ces allégations.

Dans sa réponse, le département a indiqué que «ce témoignage est bien connu, et il y a une série d’allégations qui ont émergé et ont conduit» à son enquête.




La chaîne publique israélienne a rapporté aussi que le ministère israélien des Affaires étrangères a décidé de rappeler le chef du bureau de liaison «immédiatement après son retour au Maroc», après l’avoir convoqué une première fois pour un interrogatoire.

La Société de radiodiffusion publique israélienne a attribué cette dernière convocation au fait que la nouvelle «s’est répandue ici, au milieu d’une tempête dans les médias locaux (marocains)».

Parallèlement à la convocation de Govrin, «une délégation conduite par le directeur adjoint du ministère israélien des Affaires étrangères s’est rendue dans la capitale marocaine pour enquêter» sur d’autres allégations portées contre le chef du bureau de liaison.

Le Premier ministre Yaïr Lapid a été informé, pour sa part, des détails mais il a refusé de commenter, poursuit la même source.




Outre les accusations de harcèlement sexuel, le ministère israélien des Affaires étrangères enquête sur la disparition d’un «cadeau précieux» remis au bureau de liaison par le Palais royal marocain, à l’occasion de la célébration par Israël de son «Jour de l’indépendance», ainsi que la présence d’un homme d’affaires israélien proche de Govrin dans des rencontres d’officiels israéliens à Rabat sans avoir aucun statut.

Cependant, la chaîne israélienne a confirmé que «ce qui dérange le plus les responsables du ministère des Affaires étrangères, ce sont les allégations graves d’exploitation et de harcèlement de femmes marocaines par un responsable israélien».

Et d’ajouter qu’au cas où ces allégations se confirment, elles causeront un «incident diplomatique grave dans les relations sensibles entre Israël et le Maroc».