Les producteurs français appellent à limiter l’importation de tomates marocaines

LES PRODUCTEURS FRANÇAIS APPELLENT À LIMITER L’IMPORTATION DE TOMATES MAROCAINES

La tomate marocaine est très prisée sur le marché français au point de défier toute concurrence. Une percée qui met en difficulté les producteurs français qui appellent à limiter son importation.




Les producteurs français sont excédés par la concurrence avec les tomates importées. À l’initiative de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), une dizaine de maraîchers de Loire-Atlantique ont exprimé leur ras-le-bol jeudi 8 septembre au cours d’une opération symbolique menée au carrefour de la Beaujoire, à Nantes, rapporte la presse locale. À l’occasion, ils ont collé des stickers « Maroc » sur les barquettes de tomate et ont dénoncé la concurrence avec les tomates importées. La tomate cerise marocaine se vend à 3,95 € le kilo alors que celle produite en France coûte 6,25 €. « Pourquoi faire ça ?, interroge Mickael Trichet, président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles du 44 (Loire-Atlantique).




On est en pleine production. L’année a été bonne en termes de production. » À l’en croire, un accord diplomatique qui tolère l’importation en hiver a été brisé, car ce n’est pas le moment d’importer les tomates de l’étranger. « Pas en ce moment… C’est trop tôt ! », ajoute le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles du 44. Mickael Trichet souligne par ailleurs que les tomates importées du Royaume du Maroc « ne sont pas soumises aux mêmes exigences sociales, de méthode de production et environnementales. » Alors que la loi Agec exige que les tomates qui sont vendues en France soient conditionnées dans les emballages en carton, les tomates marocaines sont toujours présentées dans des emballages en plastique.