Tindouf: un mouvement d’opposition appelle à manifester contre Brahim Ghali

TINDOUF: UN MOUVEMENT D’OPPOSITION APPELLE À MANIFESTER CONTRE BRAHIM GHALI

La contestation populaire reprend dans les camps de Tindouf. Le «Groupe de redressement révolutionnaire», un mouvement d’opposition qui a été lancé en mai 2022, invite les Sahraouis à un sit-in de protestation, pour le 14 septembre, devant le camp Rabouni, le siège administratif du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario ».




Dans des enregistrements sonores diffusés sur les réseaux sociaux, les organisateurs justifient l’appel à la manifestation par la mauvaise gestion des affaires du Polisario par Brahim Ghali et les siens.

Ils réclament, également, le retour immédiat dans les camps de Tindouf des cadres du mouvement séparatiste qui occupent des responsabilités mais résident ailleurs, en Algérie, en Mauritanie ou en Espagne.

Le «Groupe de redressement révolutionnaire» prévoit de lancer une série de «sit-in pacifiques» pour condamner les conditions précaires de la population alors que les dirigeants et leurs familles vivent dans l’opulence.

Ce mouvement d’opposition, qui se revendique opposé à la ligne de Brahim Ghali, est égalemment anti-Maroc.




D’ailleurs, ce mouvement d’opposition est animé par certaines figures ayant organisé, entre octobre et novembre 2020, l’opération de blocage du passage d’El Guerguerate entre le royaume et la Mauritanie.

Les membres de ce Groupe prônent un «renouvellement des élites», notamment dans les rangs des milices armées du Front et appellent à une évaluation du lancement de la «guerre» contre le Maroc.

Le Polisario prévoit de tenir, dans les mois à venir, un congrès pour élire une nouvelle direction. Brahim Ghali et les siens veulent s’accrocher à leurs privilèges.

Une ambition qui se heurte aux projets personnels de certains dirigeants mis à l’écart, comme Bachir Mustapha Sayed ou Mohamed Brahim Biadillah, l’ancien coordinateur des milices du groupe séparatiste armé.