Maroc: vers l’encadrement de l’utilisation des trottinettes et vélos électriques

MAROC : VERS L’ENCADREMENT DE L’UTILISATION DES TROTTINETTES ET VÉLOS ÉLECTRIQUES

Les trottinettes électriques et les vélos électriques seront bientôt logés à la même enseigne que les voitures et les motos en ayant eux aussi, leur référentiel d’homologation. La demande a été faite depuis juillet dernier par le département du Transport dans un courrier qui a été adressé à l’Administration des douanes et impôts indirects.




L’objectif du département du Transport est de faire en sorte qu’avec ce « Référentiel d’homologation », ces engins à déplacement motorisé (EDPM) soient plus sûrs et considérés comme des véhicules pouvant emprunter les rues et les routes au même titre qu’une moto ou une voiture.

Ils devront donc être soumis dans ce cas au système d’assurance au même titre que les véhicules classiques.

L’idée est de lutter avant tout, contre les cas d’accident que ces engins provoquent et qui passent inaperçus malgré leur fréquence.

La future réglementation va définir les règles de circulation en ville et en dehors, la vitesse autorisée, l’obligation du port du casque et équipements de protection, l’interdiction du transport de personnes et la définition de l’âge minium pour conduire ces engins.




Ainsi, selon le document qui a été envoyé par le Ministère du Transport et de la Logistique à l’Administration des douanes et impôts indirects, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la logistique, indique qu’en Europe, « les trottinettes électriques sont limitées à 25 km/h, elles doivent avoir un phare avant et arrière ainsi qu’un klaxon, leur conduite doit se faire avec un gilet réfléchissant et l’utilisation d’un casque (téléphone ou musique) est interdite pendant leur conduite ».

C’est ce type d’encadrement que veulent les autorités marocaines.