Casablanca va abriter le Digital African Tour

CASABLANCA ABRITE PROCHAINEMENT LE DIGITAL AFRICAN TOUR

Les acteurs de la transformation digitale en Afrique ainsi que les responsables des collectivités territoriales seront en conclave jeudi 6 octobre à Casablanca, pour l’édition 2022 du Digital African Tour (DAT). Organisée par Cio mag, cette édition sera placée sous le thème « Villes africaines, comment concilier développement durable, modernisation et innovation ».





Le Digital African Tour Maroc 2022 sera l’occasion d’aborder les problématiques liées à l’urbanisation rationnelle des villes africaines, informent les organisateurs de cet évènement dans un communiqué.

Le Digital African Tour rassemblera les acteurs du numérique, les responsables des collectivités territoriales, ainsi que les gestionnaires des sociétés d’eau et d’électricité pour évoquer, entre autres, les pistes de réflexion pour le développement durable, la modernisation et l’innovation des villes africaines.

Cet évènement ambitionne de jeter les bases d’un modèle africain des Smart Cities sur le continent et ses spécificités.

« Il s’agira de protéger et valoriser les ressources des territoires en combinant développement local et innovation, aussi bien pour la gestion des énergies, la gestion des déchets, l’agriculture, la santé, l’éducation et de façon globale, l’administration locale », indiquent les organisateurs dans le communiqué.




En outre, cette édition 2022 du Digital African Tour Maroc va plancher sur le rôle du numérique et de l’innovation au service des villes africaines.

Les experts, décideurs et acteurs attendus à Casablanca devront proposer des mesures urgentes pour construire des écosystèmes d’innovation qui répondent à la spécificité de chaque ville sur le continent.

« Le Digital African Tour Maroc 2022 sera donc l’occasion de mieux comprendre les stratégies « smart » mises en place par de grandes villes africaines comme : Benguerir, Berkane, Casablanca au Maroc, Ouagadougou au Burkina Faso, Yamoussoukro, Abidjan en Côte d’Ivoire, Bizerte en Tunisie ou encore Diamniadio au Sénégal.

Les clés du succès de ces études de cas feront l’objet de partage de bonnes pratiques, en vue de faire émerger les meilleurs usages.

Ensemble, les acteurs attendus au Maroc réfléchiront aux mécanismes de financement de l’émergence des villes durables en Afrique », conclut la même source.