(Vidéo) Nora Fatehi interrogée par la police indienne

(VIDÉO) NORA FATEHI INTERROGÉE PAR LA POLICE INDIENNE DANS UNE AFFAIRE D’EXTORSION ET DE BLANCHIMENT D’ARGENT

Citée dans une affaire de blanchiment d’argent et de crimes économiques en lien avec l’escroc indien Sukesh Chandrashekhar, l’actrice et productrice maroco-canadienne Nora Fatehi a été interrogée une nouvelle fois par l’agence indienne de lutte contre la criminalité financière.




Ce n’est pas la première fois que la chanteuse, productrice, mannequin et actrice maroco-canadienne est interrogée par la police de Delhi dans cette affaire d’extorsion et de blanchiment d’argent qui semble avoir éclaboussé bon nombre de stars de Bollywood.

Pour ce nouvel interrogatoire, Nora Fatehi sera confrontée à Pinky Irani, celle qui lui a présenté Sukesh Chandrashekhar.

« Elles seront d’abord interrogées séparément, puis confrontées et interrogées ensemble », a déclaré PTI citant un officier de police. Mercredi, la police a auditionné pour la même affaire, l’actrice sri-lankaise Jacqueline Fernandez.

La confrontation reste fondamentale, selon la police qui souligne certaines contradictions dans les dépositions des actrices et Pinky Irani, qui est une proche collaboratrice de Sukesh Chandrashekhar. « Il y a quelques contradictions dans les déclarations faites par Irani.




Donc, il est important que nous confrontions Irani et Nora ensemble. De plus, Irani est soupçonnée d’avoir joué le rôle clé donc, il est important que nous posions les questions restées sans réponses et recherchons des éclaircissements », a déclaré l’un des enquêteurs.

Des précédentes dépositions faites par Nora Fatehi les 13 septembre et 21 octobre, qui comme de nombreux acteurs et actrices de Bollywood, ont reçu des voitures et cadeaux de luxe de la part de Sukesh et de sa femme, l’actrice Leena, elle a souligné ignorer qu’elle fricotait avec des gens du milieu criminel.

Mais pour la police, tout ceci reste à prouver. « Nora Fatehi dit qu’elle ne savait pas que l’événement auquel elle a été invitée à Chennai avait des liens avec ce syndicat du crime.

Mais il faudra tout voir, comment ont été utilisés la voiture et les cadeaux qu’elle avait reçus. Nous n’arriverons à une conclusion qu’avec une enquête appropriée », affirme-t-on.