(Vidéo) Emmanuel Macron: la politique d’immigration est absurde, inefficace, inhumaine

(VIDÉO) EMMANUEL MACRON: NOTRE POLITIQUE D’IMMIGRATION EST ABSURDE, INEFFICACE, INHUMAINE

Le président français Emmanuel Macron a annoncé un «projet de loi relatif à l’asile, donc à l’immigration dans la République», qui serait déposé début 2023. Cette réforme est voulue au vu du constat dressé par le chef d’Etat devant les préfets, à l’Elysée.




«Nous avons beaucoup de règles inadaptées, européennes et nationales.

Nous avons un modèle qui accumule une série de complexités et de protections, qui rend la France très décalée par rapport à ses voisins», a-t-il indiqué.

La réforme devrait aussi «améliorer l’efficacité des politiques de reconduite» à la frontière.

Selon Emmanuel Macron, les procédures «sont beaucoup plus longues» et les voies de recours «beaucoup plus multiples».

«De fait, quelqu’un qui veut maximiser les latitudes données par le système peut fatiguer le système beaucoup plus longtemps que chez nos voisins directs», a ajouté le président français Emmanuel Macron.




«Nous avons un système d’aides, monétaire, sociale, médicale beaucoup plus généreuses que nos voisins.

Le résultat est que nous avons une politique qui est tout à la fois, inefficace et inhumaine.

Elle est inefficace parce que nous nous retrouvons avec plus d’étrangers en situation irrégulière que nos voisins et elle est inhumaine parce que cette pression fait qu’on les accueille trop souvent mal», a insisté le président français.

Pour le président français Emmanuel Macron, «il n’y a pas de politique d’intégration s’il n’y a pas de bonne politique d’immigration».

«Notre politique, aujourd’hui, est absurde (…)




Elle consiste à mettre des femmes et des hommes qui arrivent, qui sont dans la plus grande misère» dans les quartiers les plus pauvres, souligne le président.

Le président français Emmanuel Macron a plaidé notamment pour répartir ces étrangers dans les «espaces ruraux, qui eux sont en train de perdre de la population».

France Info rappelle que le nouveau projet de loi «était initialement prévu pour l’automne».

En août dernier, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Moussa Darmanin a fini par reporter la présentation de ce texte, pour tenir «un grand débat» sur le sujet à l’Assemblée nationale et au Sénat, dès le mois d’octobre.