Espagne: viré d’une colocation car Marocain

ESPAGNE: VIRÉ D’UNE COLOCATION CAR MAROCAIN

À Almeria, des Espagnols ont refusé d’être des colocataires à Saad, un Marocain de 20 ans environ, à cause de sa nationalité. Un comportement raciste dénoncé par l’une des collègues de travail du Marocain.




Le Marocain a trouvé une chambre à louer dans un appartement à partager avec trois colocataires, ce qui répondait à ses besoins. Il était très content d’y aménager, mais grande sera sa déception. Le jour où il devait signer le contrat et prendre les clés de la chambre, il reçoit un message de l’une des colocataires lui demandant de venir à l’appartement, raconte sa collègue Elena Carrasco sur Twitter. Une fois sur place, la jeune fille, les larmes aux yeux, l’informe que son père a appris qu’il est un Marocain et lui a dit « qu’en aucun cas, elle ne devait vivre avec un Maure ou un gitan parce qu’il avait eu de mauvaises expériences avec eux ».




Le père de la fille lui a demandé de choisir : soit c’est elle qui déménage ou c’est Saad qui part. Le jeune homme était perplexe et sans voix. La jeune fille l’a assuré qu’elle a essayé de convaincre ses parents qu’il « est un gentil garçon, qui s’habille bien et qui a un bon travail ». Dans cette situation déjà embarrassante, les deux autres colocataires ont soutenu la jeune fille, affirmant qu’ils ne voudraient se séparer de leur amie. « C’était clair que c’est moi qui partais et donc, je le leur ai fait savoir. J’ai laissé tomber et demandé mon argent », a confié Saad, impuissant et en colère après avoir subi cet acte raciste.




Pourtant, cette fille n’est pas la propriétaire du logement, insiste-t-il, précisant que l’un des deux colocataires était latino. « Y a-t-il des étrangers de première et de troisième classe ? », critique-t-il. Saad est toujours à la recherche d’une chambre à Almeria pour environ 150 euros, souligne Elena dans son tweet. « C’est un excellent collègue, bon, responsable, joyeux… Un garçon de 20 ans avec le désir de prospérer dans la vie », a-t-elle précisé, demandant de l’aide pour trouver à son ami Marocain une chambre « où il sera traité avec respect et se sentira chez lui ».