Affaire Jacques Bouthier: l’instruction reprend le 6 octobre à Tanger

AFFAIRE JACQUES BOUTHIER : L’INSTRUCTION REPREND LE 6 OCTOBRE À TANGER

La Cour d’appel de Tanger a décidé de réexaminer le 6 octobre le dossier «Jacques Bouthier», du nom d’un patron français au cœur d’un scandale de harcèlement sexuel au Maroc et en France.




Les huit mis en cause au Maroc sont tous des salariés de l’antenne tangéroise du groupe Assu 2000 devenu Vilavi.

Ils sont accusés de « traite d’êtres humains », « harcèlement sexuel », « attentat à la pudeur » et « violences verbales et morales ».

L’affaire Jacques Bouthier est l’un des plus gros scandales de ces dernières années, éclaboussant l’une des plus grosses fortunes de France.

Il est incarcéré depuis quelques mois pour « viols, agressions sexuelles, proxénétisme sur mineures en France et au Maroc, ainsi que pour possession de vidéos pédopornographiques, d’abus de biens sociaux, recel et blanchiment en bande organisée ».

Les victimes marocaines sont des ex-employées qui, soutenues par leurs avocats et l’Association marocaine de défense des victimes, ont demandé à la justice marocaine d’ordonner une commission rogatoire en France au sujet de l’ex-patron de Vilavi.