Le Maroc s’intéresse de moins en moins aux armes « made in France »

LE MAROC S’INTÉRESSE DE MOINS EN MOINS AUX ARMES « MADE IN FRANCE »

Le Royaume du Maroc manifeste de moins en moins d’intérêt pour les armes « made in France », même s’il reste tout de même le premier client de la France au Maghreb.




Le Royaume du Maroc a enregistré une très forte baisse des commandes pour les armes « made in France » qui sont passées de 425,9 millions d’euros en 2020 à 95,2 millions d’euros en 2021.

Cette baisse est certainement liée à la concentration accrue des Forces armées marocaines (FAR) sur les armements américains, afin d’améliorer la compatibilité avec les États-Unis et de pouvoir contrer les armements russes en Algérie, fait savoir le site spécialisé sur la vente d’armes, Sipri.

Désormais, le Royaume du Maroc figure sur la liste française des plus petits clients (ceux qui déboursent moins de 200 millions d’euros par an).




Le Royaume du Maroc est l’un des six pays à avoir acquis les 273 systèmes d’artillerie Caesar proposés par le constructeur Nexter.

Le Royaume du Maroc reste toutefois le premier client de la France au Maghreb, loin devant l’Algérie (13,9 millions d’euros) et la Tunisie (2,4 millions d’euros).

Selon la dernière édition du rapport annuel au Parlement sur les exportations d’armement ont atteint 11,7 milliards d’euros en 2021, soit trois fois plus que le chiffre de 2020, un exercice plombé par la crise du Covid-19.

« Ce bilan permet à la France d’asseoir encore davantage sa position parmi les trois premiers exportateurs mondiaux », [derrière les Etats-Unis et la Russie, NDLR] », se félicitent les auteurs du rapport.