Sahara, Palestine, Libye, Afrique: les positions du Maroc réaffirmées à l’ONU

SAHARA, PALESTINE, LIBYE, AFRIQUE : AZIZ AKHANNOUCH RÉAFFIRME LES POSITIONS DU MAROC À L’ONU

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a réaffirmé, à New-York, l’engagement du Maroc à parvenir à une solution politique définitive au différend régional artificiel autour du Sahara, sur la base de l’initiative marocaine d’autonomie et dans le cadre de la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du Royaume.




Dans une déclaration au nom du Maroc à la 77e Assemblée générale de l’ONU, le Chef du gouvernement est également revenu sur la position constante du Maroc en faveur de la question palestinienne.

Une position fondée sur la solution à deux États, a rappelé M. Akhnnouch, qui a aussi insisté sur l’engagement du Royaume à poursuivre les efforts en vue de favoriser un règlement pacifique en Libye. 

«Le Royaume du Maroc réitère son engagement à parvenir à un règlement politique définitif au conflit régional artificiel autour du Sahara marocain, basée sur l’initiative marocaine d’autonomie, seule et unique solution à ce différend, et ce dans le cadre de l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale du Royaume».

C’est ce qu’a affirmé le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, devant la 77e Assemblée générale de l’ONU. Dans une déclaration au nom du Maroc, le Chef du gouvernement a rappelé que cette initiative «sérieuse et réaliste» jouit, depuis sa présentation en 2007, du soutien du Conseil de sécurité et de plus de 90 pays.




«Sur le terrain, les provinces du Sud vivent au rythme d’une dynamique de développement irréversible, dans le cadre du nouveau modèle de développement lancé par S.M. le Roi Mohammed VI en 2015», a par ailleurs souligné M. Akhannouch, indiquant que les populations de la région participent pleinement à toutes les étapes de mise en œuvre de ce modèle ambitieux, à travers leurs représentants démocratiquement élus dans les Conseils des deux régions du Sahara marocain.

Il a, en outre, fait observer que la participation agissante des populations du Sahara marocain dans tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle témoigne de leur attachement à l’intégrité territoriale du Maroc et à la marocanité du Sahara. 

Le Chef du gouvernement a, de même, réitéré le plein soutien du Maroc, tel que souligné dans le discours de S.M. le Roi Mohammed VI à l’occasion du 46e anniversaire de la Marche verte, aux efforts du Secrétaire général de l’ONU et son Envoyé personnel visant à relancer le processus des tables rondes dans le même format et avec les mêmes participants, en vue de parvenir à une solution politique réaliste et durable, basée sur le compromis, conformément aux résolutions des Conseil de sécurité, notamment la 2602.




«La participation de l’Algérie, avec sérieux et bonne foi, au processus des tables rondes, au même titre que sa responsabilité avérée dans la création et le maintien de ce différend artificiel, est une condition sine qua non pour parvenir à un règlement définitif à cette question», a affirmé M. Akhannouch. 

Le Maroc a de nouveau fait part de sa profonde préoccupation quant à la situation humanitaire catastrophique et l’état de non-droit que vivent les populations des camps de Tindouf, a affirmé le Chef du gouvernement, soulignant que l’Algérie, en flagrante violation du droit humanitaire international, a cédé ses pouvoirs sur cette partie de son territoire à des milices séparatistes armées aux liens avérés et confirmés avec des réseaux terroristes dangereux dans la région du Sahel.

M. Akhannouch a, dans ce cadre, réitéré l’appel du Maroc à l’adresse de la communauté internationale pour inciter l’Algérie à répondre aux appels du Conseil de sécurité lancés depuis 2011, pour permettre au Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés de procéder au recensement et à l’enregistrement de la population séquestrée dans les camps de Tindouf.




UN SOUTIEN CONSTANT DU ROYAUME À LA CAUSE PALESTINIENNE ET POUR LA PAIX EN LIBYE

Devant l’Assemblée générale des Nations unies, le Chef du gouvernement a également réaffirmé la position constante du Maroc en faveur de la question palestinienne, fondée sur la solution à deux États, ainsi que son engagement à poursuivre ses efforts en vue de favoriser un règlement pacifique en Libye. 

M. Akhannouch a rappelé, à cette occasion, le message adressé par S.M. le Roi Mohammed VI à Son Excellence Mahmoud Abbas Abou Mazen, Président de l’État de Palestine, en date du 20 décembre 2020, dans lequel le Souverain a réitéré «la position constante du Royaume au sujet de la question palestinienne, fondée sur la solution à deux États, comme convenu internationalement, ainsi que l’attachement aux négociations entre les parties palestinienne et israélienne comme seul moyen de parvenir à un règlement définitif, durable et global à ce conflit».




En Sa qualité de Président du Comité Al-Qods, issu de l’Organisation de la coopération islamique, Sa Majesté le Roi a réaffirmé que le Maroc ne ménagera aucun effort pour la préservation de l’identité historique et ancestrale de la Ville sainte, en tant que terre de coexistence et de paix, de même qu’il continuera à défendre le statut spécial de la ville d’Al-Qods Acharif et le respect de la liberté des rites religieux pour les adeptes des trois religions monothéistes, et de sauvegarder l’inviolabilité de la Mosquée Al-Aqsa.

Dans le cadre de l’engagement constant du Maroc à améliorer les conditions de vie des Palestiniens, S.M. le Roi a mené une médiation qui a abouti à l’ouverture, sans interruption, du poste-frontière Allenby/Roi Hussein, reliant la Cisjordanie et la Jordanie, ce qui se reflétera positivement sur la vie des Palestiniens et aura des retombées bénéfiques sur le quotidien des Palestiniens et facilitera la circulation des personnes et des biens.




Abordant la situation en Libye, le Chef du gouvernement a rappelé que partant de l’histoire et de la communauté de destin liant le Maroc à ce pays, et de la dynamique positive créée par l’accord de Skhirate et les pourparlers de Bouznika, le Royaume, conformément à la vision clairvoyante de S.M. le Roi, poursuit ses efforts en vue d’aider à parvenir à la résolution pacifique du conflit.

«Le Maroc demeure convaincu que la crise en Libye ne peut être réglée que par les Libyens eux-mêmes sans intervention ou agenda étranger», a-t-il indiqué, en rappelant que le Royaume se félicite de la nomination de M. Abdoulaye Bathily au poste de représentant spécial pour la Libye et chef de la Mission d’appui de l’ONU dans ce pays, et exprime son entière disposition à coopérer à ses côtés afin de contribuer de manière effective aux efforts consentis pour que les parties libyennes parviennent au consensus nécessaire pour la tenue des élections législatives et présidentielles, en tant que seul moyen pour surmonter la situation actuelle.




UN ENGAGEMENT EN FAVEUR DE L’AFRIQUE

Le Maroc appelle au renforcement d’une coopération internationale qui sert les pays d’Afrique, notamment à travers l’allègement de la dette et des initiatives de développement pour parer aux chocs économiques actuels et futurs, a indiqué le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, lors du débat général de la 77ème Assemblée générale des Nations unies.

Le haut responsable a rappelé, à cet égard, que les visites successives de S.M. le Roi Mohammed VI aux différents pays du continent attestent cette conviction à la faveur du lancement de projets structurels de coopération et de partenariat destinés à consolider le développement durable, assurer la sécurité alimentaire et promouvoir le développement économique, dans un engagement ferme en faveur de la complémentarité inter-africaine.

Le Chef du gouvernement a aussi rappelé la récente tenue au Maroc, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de la 14ème édition du Sommet d’affaires États-Unis-Afrique, avec pour objectif de doper le flux des investissements vers les secteurs prioritaires pour les pays africains.




Dans sa déclaration au nom du Maroc, M. Akhannouch a fait remarquer que l’Afrique est le continent qui paye le plus lourd tribut à la conjoncture économique née de l’actuelle crise géostratégique mondiale, subissant de plein fouet le renchérissement des prix des denrées alimentaires et énergétiques.

Une telle situation met en péril les acquis de l’Afrique en matière de développement durable, a-t-il déploré, tout en estimant que le continent dispose des potentialités nécessaires pour transformer ces défis en opportunités, compte tenu de ses ressources humaines et naturelles, outre les perspectives ouvertes grâce à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Le Chef du gouvernement a conclu en citant le Discours Royal devant le 28ème Sommet de l’Union africaine, dans lequel le Souverain a déclaré : «Nous, peuples d’Afrique, avons les moyens et le génie, et nous pouvons ensemble, réaliser les aspirations de nos peuples».




RÉUNION DU WORLD ECONOMIC FORUM À NEW-YORK

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : MOHCINE JAZOULI MET EN AVANT À L’ONU L’EXPÉRIENCE MAROCAINE

L’expérience du Maroc dans le domaine de la transition énergétique a été mise en avant à l’occasion d’une réunion du World Economic Forum tenue à New-York, en marge de la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Intervenant à cette occasion, le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, Mohcine Jazouli, a présenté les réalisations du Royaume en matière d’investissement dans la transition énergétique.

Il a, dans ce cadre, mis en exergue la vision avant-gardiste de S.M. le Roi Mohammed VI, permettant des investissements massifs afin de dépasser 52% dans le mix énergétique à l’horizon 2030.

Le ministre a également exposé les perspectives d’investissement dans l’hydrogène vert et présenté le potentiel exceptionnel et la compétitivité du Maroc en la matière.

Intitulé «Sustainable Development Impact Meetings», cet événement a été l’occasion de tenir plusieurs réunions en prévision d’une forte participation marocaine à Davos en 2023.




NEW-YORK

NASSER BOURITA TIENT UNE SÉRIE D’ENTRETIENS EN MARGE DES TRAVAUX DE LA 77ÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a eu, mardi 20 septembre 2022 au siège de l’Organisation des Nations unies à New-York, une série d’entretiens bilatéraux avec ses homologues de différents pays.

Dans ce cadre, Nasser Bourita s’est entretenu avec le vice-premier et ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères de la Slovénie, Tanja Fajon, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes, de l’immigration et de l’asile, Jean Asselborn, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, ainsi qu’avec la ministre belge des Affaires étrangères, des affaires européennes et du commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales, Hadja Lahbib.




Nasser Bourita s’est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères de Chypre, Ioannis Kasoulides, le ministre hongrois des Affaires étrangères et du commerce, Peter Szijjarto, le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, et le ministre des Affaires étrangères du Portugal, João Gomes Cravinho.

Nasser Bourita s’est aussi entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, de l’immigration et du commerce d’Antigua-et-Barbuda, Everly Paul Chet Greene, et avec le ministre des Relations extérieures, du commerce international et du culte de l’Argentine, Santiago Andrés Cafiero.

Ces entretiens se sont déroulés en présence de l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, et de l’ambassadeur directeur général au ministère des Affaires étrangères, Fouad Yazourh. Les entrevues ont eu lieu en marge du débat général de la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Nasser Bourita accompagne le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, qui préside la délégation du Maroc à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies, sur Hautes Instructions de S.M. le Roi Mohammed VI.