L’ampleur du racisme en France inquiète le Conseil de l’Europe

L’AMPLEUR DU RACISME EN FRANCE INQUIÈTE LE CONSEIL DE L’EUROPE

Le Conseil de l’Europe est préoccupé par l’ampleur avec laquelle « la banalisation du discours de haine » gagne du terrain, fustigeant la persistance des contrôles d’identité à caractère discriminatoire en France.




Tout en félicitant les autorités pour les « progrès accomplis » dans la lutte contre le racisme et les discriminations, le Conseil de l’Europe note que ces dernières années, « le discours de haine prend de l’ampleur, surtout dans le milieu politique, ainsi que dans les médias audiovisuels et sur les réseaux sociaux ».

Ces inquiétudes ont été notifiées dans un rapport en date du 28 juin dernier, mais qui n’a été publié que mercredi 21 septembre.

Des inquiétudes justifiées par les « actes de violence à l’encontre des Roms, des personnes issues de l’immigration non européenne comme les musulmans, les maghrébins,  les juifs, les subsahariens, les personnes LGBTI », indique la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI).




En tenant compte des plaintes enregistrées, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance recommande dans son rapport au gouvernement de « lancer des enquêtes permettant de mesurer les tendances en matière de discriminations des différents groupes vulnérables sur la base de données anonymisées fondées sur le ressenti d’appartenance ».

L’organe souligne que « la mise à l’abri des personnes migrantes en situation de vulnérabilité comporte de graves insuffisances » mises à nu durant la crise sanitaire.

Le rapport souligne également les tracasseries et violences policières considérées comme des actes discriminatoires à l’égard des immigrés et des personnes issues des minorités.