Le Maroc annule un don de 150.000 tonnes d’engrais qu’il voulait offrir au Pérou

LE MAROC ANNULE UN DON DE 150.000 TONNES D’ENGRAIS QU’IL VOULAIT OFFRIR AU PÉROU

Une correspondance entre l’ancien ministre péruvien du Développement agricole, Andrés Alencastre, et son ex-collègue aux Affaires étrangères, Miguel Rodriguez Mackay, fait état d’un don marocain de 150.000 tonnes de produits fertilisants.




La lettre porte sur la communication «dans les plus brefs délais» à la partie marocaine des «détails des caractéristiques techniques des engrais» sollicités par le Pérou afin d’accélérer «l’opérationnalisation de la réception des 150.000 tonnes d’engrais» que le Royaume du Maroc comptait offrir gracieusement au Pérou. 

Après le rétablissement, le 15 septembre, des relations entre le Pérou et la pseudo «RASD», pays fantôme du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario », qu’en est-il du don marocain au gouvernement de Lima ? C’est mort.

Ce projet n’est plus à l’ordre du jour après le rétablissement des relations entre le Pérou et la «RASD», pays fantôme dons l’ONU ne reconnaît pas la légitimité de sa proclamation en 1976 par le Polisario.

Cette décision d’annuler ce don marocain de 150.000 tonnes de produits fertilisants a été communiquée au gouvernement du président Pedro Castillo.




L’annulation de ce don intervient malheureusement dans une conjoncture difficile pour les centaines de milliers d’agriculteurs péruviens, notamment après l’échec de la conclusion d’un contrat avec la société italienne Unionsped pour l’achat de produits fertilisants. 

Cet échec a précipité le limogeage, le 13 septembre 2022 de l’ancien ministre du Développement agraire, Andrés Alencastre, qui a été viré après seulement trois mois passés dans l’exercice de ses fonctions.

Le député du parti Rénovation Populaire au Congrès, José Cueto, a déclaré que le Maroc a décidé de reprendre au Pérou un « navire contenant 50 000 tonnes d’urée » après que le pays a rétabli ses relations avec la pseudo République arabe sahraouie démocratique (RASD), non reconnue par l’ONU. 

« Un acte d’engagement, de bonne volonté, a été signé par le Royaume du Maroc.




Le Maroc est l’un des principaux producteurs d’engrais, il voulait nous apporter son soutien dans cette crise.

Le Royaume du Maroc a accepté de nous livrer gratuitement 150 000 tonnes d’urée, et un navire contenant un premier lot de 50 000 tonnes devait arriver à Callao fin septembre », a déclaré José Cueto dans un entretien au media Exitosa.

Mais quelques jours avant la livraison, le gouvernement péruvien a rétabli ses relations avec le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario » et le Maroc a décidé de reprendre ledit navire, ajoute-t-il. 

Pour le parlementaire, la reprise des relations diplomatiques avec le « polisario » « n’a absolument aucun avantage pour notre pays et a créé un grave conflit avec plusieurs pays du monde arabe, à commencer par le Maroc », a déclaré le député péruvien du parti Rénovation Populaire au Congrès, José Cueto.

Il accuse le ministre des Affaires étrangères, César Landa, de n’avoir pas joué son « rôle », car c’est lui qui devait « expliquer toutes ces choses » au président de la République, Pedro Castillo..