Entretien Antonio Guterres-Ramtane Lamamra: l’APS épinglée pour désinformation

ENTRETIEN ANTONIO GUTERRES-RAMTANE LAMAMRA: L’AGENCE DE PRESSE OFFICIELLE ALGÉRIENNE ÉPINGLÉE POUR DÉSINFORMATION

La dépêche dont s’est fendue l’agence propagandiste algérienne « APS » à l’issue de l’entretien du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, lundi à New York, est un cas d’école dans les instituts et les think tanks qui dissèquent les Fake News et la désinformation dans l’arène médiatique.





Sans vergogne, ni égard à la déontologie et au b. a.-ba du journalisme, l’agence algérienne de presse s’est arrogée le droit de travestir la réalité en imputant au chef des Nations Unies des propos qu’il n’a pas consignés dans le communiqué officiel qui a été rendu public à la même occasion par le bureau de son propre porte-parole et que ni le Secrétaire général ni l’Organisation des Nations unies n’ont jamais tenus.

Alors que le “readout” du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies ne mentionne la question du Sahara marocain que parmi les « questions régionales” discutées lors de l’entretien aux côtés de celles de la Libye et du Mali, l’agence de presse nationale algérienne, fidèle à son obsession maladive anti-marocaine, donne libre cours à une imagination qui frôle le ridicule, en reprenant les propos du ministre des Affaires étrangères algérien lors de son intervention de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies.




L’agence aux ordres a poussé le ridicule à son paroxysme en tenant à mettre ces propos fictifs et montés de toute pièce entre guillemets pour leur conférer une simulacre de sérieux et d’authenticité. Un piétinement de la déontologie qui n’a d’égal que chez une agence inféodée à un régime aux abois.

L’agence de presse nationale algérienne APS (Algérie Presse Service) a certainement oublié, ou a fait semblant d’oublier, que le fait que la question du Sahara marocain soit évoquée lors de l’entretien du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres et du ministre algérien est chose des plus normales, car l’Algérie est partie principale à ce différend régional et que le processus politique est mené sous les auspices exclusifs des Nations Unies.

Les mensonges de l’agence de presse nationale algérienne ne se limitent pas à la question du Sahara marocain, puisqu’ils vont aussi concerner la question palestinienne.




Alors que le communiqué du porte-parole des Nations Unies ne fait aucune mention ou allusion à cette question, l’agence de la désinformation algérienne évoque les “efforts de l’Algérie visant à consolider l’unité nationale palestinienne et à reprendre le processus de paix au Moyen-Orient à travers la relance de l’initiative arabe de paix”.

Autre exemple éloquent de ce “comportement” qui fait peu de cas des règles de la déontologie est lorsque l’agence de presse nationale algérienne va usurper la fonction de porte-parole du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies et “confirmer” la participation de ce dernier au prochain Sommet des États arabes à Alger.

Du jamais vu dans le monde de la presse et des médias.

L’imagination propagandiste de l’agence algérienne ne se contente pas de ce niveau du ridicule quand elle va évoquer une “séance de travail” avec le chef des Nations Unies, alors que le bureau du porte-parole de ce dernier ne parle que d’une “rencontre”.

Il est vrai que le ridicule ne tue pas!

Dans le cas contraire, l’agence de presse nationale algérienne serait morte depuis longtemps.