Déficit hydrique: le gouvernement suspend les subventions de certaines cultures

DÉFICIT HYDRIQUE: LE GOUVERNEMENT MAROCAIN SUSPEND LES SUBVENTIONS DE CERTAINES CULTURES

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.




La mesure est contenue dans l’article 6 de la décision ministérielle n°1323.22 fixant les nouvelles modalités d’octroi de la subvention pour l’aménagement hydro-agricole dans les exploitations agricoles, et conjointement signée par le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sadiki, et le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des finances, chargé du Budget, Fouzi Lekjaa.

Selon cette disposition, les cultures les plus gourmandes en eau ne bénéficieront plus de l’aide de l’État, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghrbia.

Cette décision fait suite aux instructions adressées en mars par le ministère de l’Intérieur aux walis et gouverneurs dans les régions, leur demandant de soumettre certaines cultures comme la pastèque à des autorisations préalables, rappelle la même source.




La même source précise que cette décision de retirer ces cultures de l’aide concernant l’irrigation localisée, aura des répercussions sur l’exportation des pastèques.

« La valeur de la pastèque exportée vers l’Europe, entre janvier et juin de cette année, était de 132,4 millions d’euros avec un prix moyen de 0,65€/kg », a souligné le journal.

Quant aux agrumes, « le volume durant la campagne 2021-2022, était de 766 500 tonnes, enregistrant ainsi une croissance de 40% par rapport à la campagne précédente », ajoute la même source.

La même source précise que « la production des agrumes est concentrée à hauteur de 85% dans les régions de Rabat-Salé-Kenitra avec 700 000 tonnes, Souss-Massa avec 672 000 tonnes, l’Oriental avec 460 000 tonnes et Béni Mellal-Khénifra avec 436 000 tonnes ».