Tournages de films au Maroc: chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

TOURNAGES DE FILMS AU MAROC : CHIFFRE D’AFFAIRES RECORD POUR LE CENTRE CINÉMATOGRAPHIQUE MAROCAIN EN 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Royaume du Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le Centre cinématographique marocain (CCM).




Dans une déclaration, Khalid Saidi, directeur par intérim du Centre cinématographique marocain, a indiqué que le chiffre d’affaires cette année pourrait même dépasser le milliard de dirhams.

La réouverture des frontières a relancé les investissements cinématographiques.

Par exemple, Netflix a investi en 2022, environ 190 millions de dirhams pour « deux grands tournages en cours de production.

Il y a le court-métrage Lonely Planet et la série Lioness.

Il faut ajouter à tout ceci des spots publicitaires, des films institutionnels, des documentaires qui ont permis au Centre cinématographique marocain d’engranger plus de 480 millions de dirhams.

Le directeur par intérim du Centre cinématographique marocain a indiqué que le chiffre d’affaires cette année représentera un record historique.




Bien loin devant les 800 millions de dirhams enregistrés en 2019 et qui représentaient pour le centre, un exploit réalisé depuis 2010.

En 2020, les investissements étrangers en matière de tournages étrangers se sont taris pour atteindre péniblement 211 millions de dirhams.

Les investissements cinématographiques pourraient également progresser pour atteindre 1,3 milliard de dirhams en 2023 grâce à la politique de soutien fiscal mise en œuvre par le ministère de la Culture.

Des chiffres qui feront oublier ceux enregistrés en 2020.

Le directeur par intérim du Centre cinématographique marocain remercie le gouvernement pour avoir créé les conditions favorables au retour des investisseurs étrangers.




Actuellement, Steven Spielberg se prépare à investir 30 millions de dollars soit 300 millions de dirhams dans le tournage d’une « méga production américaine intitulée Blockbuster ».

Selon le directeur du Centre cinématographique marocain, « le réalisateur ne voulait tourner que pendant quelques jours, mais devant les bonnes conditions que lui offre le Royaume du Maroc, il a décidé de produire l’essentiel de ce nouveau long métrage au Maroc ».

Le directeur par intérim du Centre cinématographique marocain Khalid Saidi se réjouit d’avoir signé un si gros contrat, qui va non seulement renforcer les caisses du centre cinématographique, mais « va également faire de la publicité au Maroc et susciter d’autres productions étrangères ».