Comment le Covid-19 a changé le comportement des Marocains

COMMENT LE COVID-19 A CHANGÉ LE COMPORTEMENT DES MAROCAINS

La crise du Covid-19 a fortement bouleversé le comportement des populations dans le monde, selon une enquête. Dans leur grande majorité, les Marocains ont déclaré que la pandémie les a changés.




Menée par l’Agence conseil internationale MARCO, l’enquête a recherché les impacts de la crise sanitaire sur le quotidien des populations, notamment les sources d’informations et le choix des produits de consommation.

L’étude a été effectuée pendant les mois de mai et juin dernier et a concerné 14 200 personnes dans 14 pays.

Au Maroc, 75% des personnes interrogées ont déclaré qu’en raison de la crise sanitaire, ils ont changé leurs habitudes.

Dans le détail, l’agence a indiqué que les Marocains ont radicalement changé leurs sources d’informations au fil des mois.

Selon les résultats, le réseau social Facebook est la première source d’information des Marocains avec (53%), suivi de Whatsapp (51%) et Instagram (46%), même s’ils considèrent que la télévision livre l’information la plus fiable (68%).




S’agissant des habitudes de consommation, l’enquête révèle que les Marocains sont de plus en plus exigeants vis-à-vis des marques et des entreprises.

Désormais, précisent les enquêteurs, l’environnement, la durabilité, le bien-être des salariés ou encore les valeurs en matière de diversité sont entre autres les critères de choix du consommateur marocain.

Dans ce sens, 84% des Marocains ont répondu qu’ils préfèrent une marque ou une entreprise qui traite correctement ses employés.

Parmi la catégorie qui accorde de l’importance à cet aspect, figurent les femmes.

Elles sont 89% à considérer comme très important (68%) ou important (21%) cet aspect.

Par ailleurs, 91% des Marocains considèrent qu’il est très important (67%) ou important (24%) qu’une marque ou une entreprise respecte l’environnement.

Là encore, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à considérer la question très importante (76%) à leurs yeux, précise l’enquête.