Le Maroc présentera certainement sa candidature pour accueillir la CAN 2025

LE MAROC PRÉSENTERA CERTAINEMENT SA CANDIDATURE POUR ACCUEILLIR LA CAN 2025

Le Royaume du Maroc se portera certainement candidat pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025.




Le Royaume du Maroc postulera certainement pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2025.

La candidature du Maroc s’inscrit dans l’ordre des choses.

Le Royaume dispose des infrastructures sine qua non pour l’organisation des grandes manifestations sportives internationales.

En effet, le Royaume a prouvé sa capacité à abriter, dans les meilleures conditions, de grands événements continentaux et internationaux.

Et son succès en matière d’organisation a été mis en exergue par les hauts responsables étrangers, dont le président de la Fédération internationale de football association (FIFA) Giovanni Vincenzo Infantino dit Gianni Infantino et le président de la Confédération africaine de football (CAF) Patrice Motsepe.

L’organisation de cette édition de la grand–messe africaine a été retirée à la Guinée ne raison de l’indisponibilité des infrastructures, a annoncé le président de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe.




Patrice Motsepe a indiqué devant la presse que la Confédération africaine de football allait rouvrir l’appel à candidatures pour l’accueil de la compétition continentale en 2025.

«Demain, on demandera à la Confédération africaine de football de recevoir de nouvelles candidatures parce qu’en l’état actuel, les infrastructures et les équipements ne sont pas adaptés ou prêts pour que la Confédération africaine de football puisse accueillir (la CAN) en 2025 en Guinée», a-t-il déclaré.

La Confédération africaine de football réunit samedi son comité exécutif. Le président de la Confédération africaine de football a précisé que la décision de la CAF remontait en fait à juillet.

«La Coupe d’Afrique des nations 2025, qui avait été attribuée à la Guinée, nous ne sommes pas prêts (à l’accueillir) pour le moment en Guinée, et il nous faut rouvrir ce processus», avait-il dit.