Maroc: un réseau d’immigration irrégulière démantelé, 20 arrestations

MAROC : 20 ARRESTATIONS DANS LE DÉMANTÈLEMENT D’UN RÉSEAU D’IMMIGRATION IRRÉGULIÈRE

Les éléments de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) ont interpellé, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), 20 individus pour liens présumés avec un réseau criminel actif dans l’organisation d’opérations d’immigration illégale via la falsification des documents officiels et bancaires requis pour constituer les dossiers de demande de visa Schengen.




La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué dans un communiqué que les interventions sécuritaires qui ont été menées par plusieurs équipes de recherche relevant de la Brigade nationale de la police judiciaire en coordination avec les services extérieurs de la police judiciaire, ont abouti à l’arrestation de tous les mis en cause lors d’opérations simultanées dans les villes de Nador, d’Oujda, de Jerada, de Martil, de Rabat et de Sala Al Jadida.

Les perquisitions qui ont été effectuées ont permis la saisie d’un lot de documents et de matériel qui auraient été utilisés à des fins criminelles, a ajouté la Direction générale de la sûreté nationale, précisant qu’il est question de timbres, de faux tampons d’établissements publics et bancaires, de documents de demande de visa falsifiés.




Les perquisitions effectuées ont aussi permis la saisie de passeports au nom d’autrui, de reçus de transferts d’argent, des relevés bancaires, de matériel informatique et électronique, d’une bombe lacrymogène, d’importantes sommes d’argent en monnaie nationale et en devises, en plus d’une quantité de drogue (résine de cannabis).

Selon les premiers éléments de l’enquête, le mode opératoire criminel adopté par ce réseau consiste en la collecte de sommes d’argent variables de chaque candidat à l’immigration, en contrepartie d’un rendez-vous pour visa et d’un dossier comprenant des documents falsifiés, a ajouté la même source, précisant que ce réseau criminel facilitait les opérations d’immigration clandestine en délivrant aux candidats des titres de voyage étrangers obtenus via des opérations de vols.