Îles Canaries: un enquête révèle la corruption de douaniers marocains

UNE ENQUÊTE AUX ÎLES CANARIES RÉVÈLE LA CORRUPTION DE DOUANIERS MAROCAINS

La police espagnole a démantelé un réseau marocain de trafic de drogue et de migrants mineurs à Crevillent, Callosa et Lorca (îles Canaries). L’interrogatoire subi par les membres du réseau a révélé que ces derniers menaient leurs activités en complicité avec des douaniers marocains.




Au cours de l’enquête dirigée par le tribunal de San Cristóbal de La Laguna (Tenerife), les agents de l’Unité contre les réseaux d’immigration et les falsifications documentaires (UCRIF) de la police ont découvert que les membres du réseau donnaient des pots-de-vin aux douaniers marocains pour faire passer leurs marchandises de contrebande (chaussures et vêtements). Les douaniers prennent entre 45 et 1 500 euros pour laisser passer ces marchandises. Selon les enquêteurs, le réseau pourrait être lié à un fonctionnaire des ports frontaliers d’Algésiras et du Maroc, rapporte La Informacion.




L’une des perquisitions qui ont été menées au domicile du principal leader du réseau, un habitant de Crevillent, a permis la saisie d’une centaine de cartons de vêtements et de chaussures d’une valeur de 270 000 euros. Les écoutes téléphoniques de la police révèlent également d’autres crimes de falsification de contrats de travail pour 5 000 euros à 13 000 euros, de certificats Covid et d’enregistrement réalisés à 400 euros. Ces faux contrats de travail pourraient être utilisés pour faciliter l’arrivée en Espagne de migrants marocains ou bien pour recevoir illégalement des allocations de chômage.