ONU: des réunions à huis clos sur le dossier du Sahara

L’ONU CONSACRE 4 RÉUNIONS À HUIS CLOS AU DOSSIER DU SAHARA EN OCTOBRE

Le Conseil de sécurité de l’ONU consacrera quatre séances de travail à la question du Sahara marocain pendant le mois d’octobre. Les rendez-vous à huis clos se tiennent le 3, 10, 17 et 27 du mois pour enfin adopter une nouvelle résolution onusienne.




Selon le programme de travail et l’ordre du jour des sessions du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, 4 séances concernant le Sahara sont programmées dont certaines vont discuter du renouvellement du mandat de la MINURSO et d’autres seront dédiées à la discussion de rapports sur la situation sur place et de l’avancement de la solution politique.

Ce mois-ci, c’est le Gabon qui assurera la présidence tournante du Conseil de sécurité, un pays connu pour ses positions en faveur de la paix et de ses excellentes relations avec le Maroc.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, s’est félicité du rôle qu’aura à jouer son pays dans la promotion de la paix mondiale lors de cette présidence du mois d’octobre.




« Le Gabon va assumer la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. Pour notre pays, c’est un moment historique. Nous mesurons notre responsabilité et ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour apaiser les tensions et régler les conflits. #Paix », a-t-il écrit sur son compte sur Twitter.






Cette année, le Représentant spécial de l’ONU, chef de la mission de la MINURSO au Sahara marocain, Alexandre Ivanko, et l’Envoyé personnel du Secrétaire général, Staffan de Mistura, présenteront leur rapport de mission devant les membres du Conseil de sécurité lors des sessions de briefing.

Staffan de Mistura devrait parler de l’avancement de sa mission de médiation suite à ses tournées régionales entre les 4 parties au conflit et devrait constater les difficultés qu’il a rencontrées durant sa mission.

Ce sera également l’occasion de discuter des avancées dans le dossier comme le tournant historique de l’ancienne puissance coloniale espagnole au Sahara.




Le tournant historique s’est manifesté via le soutien de l’Espagne à la proposition d’autonomie proposée en 2007 comme base du règlement définitif de ce différend régional.

Pour rappel, l’année dernière à la même période, l’Algérie avait rejeté le contenu de la résolution finale, adoptée par la majorité des 15 membres par 13 votes pour le oui et 2 abstentions de la Russie et de la Tunisie, qui y siégeait en tant que membre non permanent.

Alger avait rejeté la résolution en refusant de prendre part aux tables rondes, format de négociations privilégié par l’ONU pour parvenir à une entente entre les 4 parties et favoriser une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ».