Sahara: au moins 10 pays européens soutiennent le Maroc

SAHARA: AU MOINS UNE DIZAINE DE PAYS EUROPÉENS SOUTIENNENT LE MAROC

Au moins une dizaine de pays européens ont exprimé de manière claire leur appréciation positive de l’initiative d’autonomie pour le règlement du dossier du Sahara, a affirmé mardi, le ministre des Affaires Etrangères, Nasser Bourita, lors d’une conférence de pression conjointe avec son homologue luxembourgeois, Jean Asselborn.




Alors que le chef de la diplomatie luxembourgeoise, en visite de travail au Maroc, a affirmé le soutien de son pays à cette proposition de solution au différend régional autour du Sahara, Nasser Bourita a souligné qu’il existe en Europe une dynamique complémentaire du soutien « fort, visible, constant, des pays arabes et des pays africains et ailleurs », à la position marocaine dans ce dossier.

« Grâce à la vision de Sa Majesté le Roi, grâce à l’implication directe du Roi Mohammed VI, il y a une dynamique qui est constatée en Europe et qui est complémentaire du soutien fort, visible, constant, des pays arabes et des pays africains et ailleurs » a déclaré le ministre en répondant à une question d’un journaliste, tout en soulignant la position américaine qui a été un tournant dans ce dossier.




Pour Nasser Bourita, cette dynamique « qualitative et quantitative » constatée en Europe, se manifeste par « au moins une dizaine de pays européens (qui) ont exprimé de manière claire leur appréciation positive de l’initiative d’autonomie », a-t-il affirmé en faisant référence à la position du Portugal, de l’Espagne, de la France, du Luxembourg, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de Chypre, de la Roumanie, de la Hongrie et en dehors de l’Union européenne comme la Serbie.

Pour le Maroc, cette dynamique est importante à trois niveaux « parce que l’Europe c’est une voix écoutée, légaliste, qui n’est pas dans la réaction émotionnelle. Elle suit une évolution réfléchie constatée au niveau de plusieurs pays », a-t-il estimé.

Par ailleurs, l’Europe est proche du différend régional, a-t-il poursuivit en affirmant qu’elle « connait sa genèse, connait son coût, et connait bien sûr l’importance d’une solution pragmatique, réaliste à ce différend régional ».




Le ministre marocain des Affaires Etrangères, Nasser Bourita a également fait référence à l’apport positif procuré par cette dynamique européenne qui aide les efforts des Nations Unies et ceux de l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies, Staffan De Mistura, à parvenir à ce que le Conseil de sécurité a appelé de ses vœux pour qu’il y ait une solution réaliste, réalisable, basée sur le compromis.

« Cette dynamique autour de l’initiative marocaine d’autonomie peut constituer le prélude à une action au niveau international pour qu’enfin, on puisse trouver une solution définitive, de compromis, à ce différend régional et bien sûr dans le respect total de la souveraineté territoriale et de l’unité nationale du Royaume du Maroc », a déclaré le ministre.