Tournage de films: le Maroc et Netflix en discussion

TOURNAGE DE FILMS : LE MAROC ET NETFLIX EN DISCUSSION

Le ministre marocain de la Culture, Mehdi Bensaïd, a rencontré lundi l’envoyé spécial du président de Netflix. Objectif, négocier l’installation de la plateforme américaine au Maroc pour augmenter le chiffre d’affaires annuel des tournages étrangers dans le royaume à l’horizon 2027.




Cette réunion vise à démarrer une collaboration permanente avec Netflix pour l’inciter à réaliser davantage de productions pour mettre en valeur la riche histoire du Maroc.

« L’idée est d’initier un quota annuel de séries américaines et de coproductions marocaines avec le Centre cinématographique marocain qui seront consacrées à notre histoire, à l’instar de ce qu’elle fait sur l’histoire française, anglaise, espagnole, américaine… », a expliqué le ministre marocain de la Culture, Mehdi Bensaïd.

Selon le ministre de la Culture, le Maroc peut capter un petit pourcentage des milliards de dollars que Netflix consacre par an à la production de films et séries.

« En effet, en dehors de la série Lioness et du long-métrage Lonely Planet qu’elle produit déjà actuellement chez nous pour 190 millions de dirhams, nous voulons qu’elle s’installe au Maroc comme elle vient de le faire au Nigeria », précise le ministre.




Et d’ajouter : « La première étape de cette réunion consistera à les écouter, puis à les mettre en relation avec les studios de Ouarzazate et les futurs studios de Marrakech pour qu’ils puissent travailler ensemble à l’année.

Cela permettra à cette ville spécialisée dans les tournages cinématographiques d’avoir une véritable visibilité sur plusieurs années, notamment pour les séries télévisées qui comportent plusieurs saisons et des dizaines d’épisodes ».

Avec l’installation de Netflix au Maroc, Bensaïd espère placer le Maroc dans le top 5 mondial des lieux de tournages étrangers d’ici 2027.

« Le temps que d’autres studios émergent, il est tout à fait faisable d’atteindre, à terme, un chiffre d’affaires annuel d’un milliard de dollars, soit dix fois plus que ce que nous allons réaliser en 2022 », a-t-il affirmé.

Une deuxième réunion avec Netflix est prévue en novembre pour « enfin passer aux choses sérieuses ».