ONU: le règlement de la question du Sahara marocain passe par l’autonomie

ONU: LE RÈGLEMENT DE LA QUESTION DU SAHARA MAROCAIN PASSE PAR L’AUTONOMIE, « SEULE ET UNIQUE SOLUTION » (PÉTITIONNAIRES)

La résolution du différend régional autour du Sahara marocain passe inéluctablement par le plan d’autonomie, qui se démarque par son sérieux et son réalisme, ont souligné, à New-York, des pétitionnaires membres du Groupe international de soutien à la réunification et à la paix des Sahraouis.




Ainsi, Gueda Rodriguez a relevé, devant la 4ème commission de l’Assemblée générale des Nations Unies que l’initiative marocaine d’autonomie, qui jouit d’un soutien international grandissant, incarne la voie de la paix et représente la seule solution viable à un conflit qui n’a que trop duré.

Présentant les conclusions de son Groupe après des années d’études, d’interviews et de voyages, l’intervenant a indiqué que le différend autour du Sahara marocain ne peut pas être résolu via le projet de référendum, désormais caduc car inapplicable, notant que le groupe séparatiste armé qui sévit dans les camps de Tindouf avec la bénédiction du pays hôte, l’Algérie, ne jouit d’aucune représentation ou légitimité car il n’est pas issu d’élections démocratiques.

« Il est triste de voir dans ces camps créés par l’Algérie des jeunes et des enfants armés » victimes de manipulation, d’endoctrinement et d’un sentiment dévastateur de frustration et de haine, a-t-il déploré.




Il a ajouté que cette situation qui dure depuis des décennies est « malheureuse et déplorable ».

Des années durant, des générations de jeunes dans les camps de Tindouf sont assujettis par leurs tortionnaires polisariens à un seul et unique discours fait de haine et de confrontation, s’est indigné M. Rodriguez dont le Groupe comprend des personnalités de divers horizons et nationalités.

Il a, en outre, dénoncé le détournement par l’Algérie et les dirigeants du “polisario” des aides humanitaires destinées par la communauté internationale aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf.

Le membre du Groupe international de soutien à la réunification et à la paix des Sahraouis a, par ailleurs, mis en avant l’engagement ferme et l’action globale et exhaustive menée par le Maroc notamment sur le plan diplomatique pour défendre son intégrité territoriale et sa souveraineté nationale.




De son côté, David Gourzong Cerdas, ancien député du Costa Rica et membre du Groupe international de soutien à la réunification et à la paix des Sahraouis, a souligné que la région du Sahara a toujours fait partie intégrante du Royaume du Maroc, l’une des nations les plus anciennes et ancestrales du monde, relevant que le plan d’autonomie est la seule et unique solution qui préserve les traditions et la culture sahraouies, composantes essentielles de l’identité plurielle du Maroc.

Il a également fait observer qu’à travers l’histoire millénaire du Royaume du Maroc, les tribus sahraouies ont toujours été liées au Trône alaouite par le pacte d’allégeance (Beia).

L’intervenant a de même indiqué que le différend régional autour du Sahara marocain a été créé de toute pièce par l’Algérie qui soutient et finance le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario » sur son propre territoire.